August 30, 2018 / 6:42 AM / in a month

LEAD 1-France-La construction de six EPR prônée dans un rapport-presse

(Actualisé avec déclarations de Bruno Le Maire, §§ 3-5)

PARIS, 30 août (Reuters) - Un rapport commandé par le gouvernement préconise la construction de six centrales nucléaires de type EPR afin, notamment, de maintenir les compétences de la filière, rapportent Les Echos dans leur édition de jeudi.

Ce document est le fruit d’une “mission concernant le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire” lancée au printemps par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, et Nicolas Hulot, alors chargé de la Transition écologique, écrivent les Echos.

“Ce n’est pas un rapport qui décide de la politique du gouvernement”, a réagi Bruno Le Maire, interrogé jeudi par Radio Classique, tout en renvoyant à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la feuille de route du gouvernement pour les cinq prochaines années qui doit être dévoilée à l’automne.

Il faudra de toute façon attendre que l’EPR de Flamanville (Manche), actuellement en travaux, soit achevé avant d’ouvrir éventuellement de nouveaux chantiers, a ajouté le ministre de l’Economie, qui a réaffirmé ses convictions en faveur du nucléaire, un “atout pour la France”.

“C’est de l’énergie qui est à un coût compétitif pour les entreprises et les ménages, c’est une énergie qui (...) n’émet pas de CO2 et c’est la troisième filière industrielle française”, a-t-il déclaré.

Selon les Echos, le rapport a été rédigé par Yannick d’Escatha, conseiller de Jean-Bernard Lévy à la présidence d’EDF , et Laurent Collet-Billon, qui occupait le poste de délégué général à l’armement jusqu’en 2017.

Ce document a été remis à l’été mais seulement “pour classification”, d’après une source anonyme citée par le quotidien économique.

Selon ses conclusions, un premier réacteur serait construit à partir de 2025 et entrerait en service en 2035, puis suivrait un deuxième réacteur deux ans plus tard et ainsi de suite.

Le ministère de la Transition écologique n’était pas joignable dans l’immédiat.

La construction de l’EPR de Flamanville, le premier en France, a connu des retards de calendrier et un dérapage des coûts.

Opposant au nucléaire, Nicolas Hulot a annoncé mardi sa démission en justifiant son choix, entre autres, par son incapacité à convaincre l’exécutif sur le sujet.

“Si je m’en vais, il va y avoir trois EPR de plus dans les prochaines années”, avait-il déclaré le 2 août à Libération, qui a publié ces propos dans la foulée de son départ.

LIRE AUSSI

La démission de Nicolas Hulot, aveu d’impuissance pour les anti-nucléaire (Simon Carraud, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below