July 19, 2018 / 8:44 AM / 2 months ago

BOURSE-Publicis décroche, ses résultats trimestriels déçoivent

PARIS, 19 juillet (Reuters) - Publicis chute jeudi matin à la Bourse de Paris après l’annonce d’une baisse inattendue de ses revenus au deuxième trimestre.

A 10h38, le titre perd 7,14% à 54,14 euros, un creux de huit mois, affichant la plus forte baisse du CAC 40, qui recule alors de 0,5%.

L’action s’achemine vers sa plus forte baisse en une séance depuis novembre 2008.

Elle entraîne dans son sillage celle de son concurrent britannique WPP, en repli de 3,49%

Le groupe français a annoncé avant l’ouverture du marché un recul surprise de ses revenus au deuxième trimestre, interrompant le redressement de la croissance opéré depuis un an. Publicis a notamment été pénalisé par la contre-performance d’une activité de santé et par l’impact de nouvelles règles européennes de protection des données privées.

Cette rechute de Publicis, qui relevait la tête après avoir souffert de la perte de gros budgets, alimente la défiance des investisseurs, déjà échaudés par les résultats publiés mardi par le numéro deux mondial Omnicom, qui avait perdu près de 10%.

Les analystes de Kepler Cheuvreux évoquent une baisse organique de 2% très décevante au titre du deuxième trimestre qui “pourrait entraîner un carnage du cours de Bourse et entraîner dans sa chute son concurrent Omnicom”.

En Europe, le groupe publicitaire a vu son chiffre d’affaires reculer de 3,6% en organique à 641 millions d’euros, là où les analystes de Kepler Cheuvreux attendaient une croissance de 1%, contre un consensus de 0,8%.

Publicis pâtit notamment de la mise en oeuvre du règlement européen sur la protection des données (RGPD).

“C’est la première fois à notre connaissance qu’une entreprise médias financée par la publicité fait référence à ce phénomène cette sensibilité en surprenante”, observent les analystes de Kepler.

En ce qui concerne l’Amérique du Nord, Publicis a là encore fait moins bien qu’attendu par les analystes avec un chiffre d’affaires en baisse de 2,3% en organique au T2 en raison des difficultés de Publicis Health, “le secteur de la santé changeant de modèle et devant passer à des actions plus ciblées”, selon les analystes d’Invest Securities.

L’intermédiaire, qui revient également sur la déception Omnicom, souligne qu’à l’image de l’année dernière à la même époque, “des interrogations vont revenir sur la pérennité du modèle économique des groupes de communication”.

Invest Securities et Kepler Cheuvreux concluent toutefois leur analyses sur une note optimiste et saluent le maintien des prévisions annuelles de croissance organique et de marge.

“Le second semestre devrait marquer une accélération grâce aux contrats gagnés au premier trimestre et une amélioration de la marge nette entre 30 et 50 points de base”, estiment les analystes d’Invest Securities. (Laetitia Volga, édité par Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below