July 2, 2018 / 2:26 PM / 2 months ago

USA/Immobilier-Hausse des prix immobiliers conformes aux attentes

WASHINGTON/NEW YORK, 31 juillet (Reuters) - Principaux indicateurs du marché immobilier américain publiés depuis le début du mois:

* LES PRIX IMMOBILIERS EN HAUSSE DE 6,5%

31 juillet - La hausse sur un an des prix immobiliers des 20 principales métropoles des Etats-Unis s’est établie à 6,5% au mois de mai, comme attendu, contre 6,7% le mois précédent (6,6% en première estimation), montrent mardi les résultats de l’enquête mensuelle S&P CoreLogic Case-Shiller.

Sur une base mensuelle et en données corrigées des variations saisonnières (CVS), les prix immobiliers des 20 grandes métropoles suivies par Case-Shiller sont en hausse de 0,2%, là encore conforme au consensus des économistes après une progression similaire en avril.

* LES PROMESSES DE VENTES AUGMENTENT DE 0,9% EN JUIN

30 juillet - Les promesses de ventes de logements anciens ont enregistré une hausse surprise en juin, ce qui met fin à deux mois consécutifs de baisse, mais le marché immobilier continue de rester caractérisé par une pénurie de biens à vendre.

L’indice calculé par la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) s’est établi à 106,9, soit une hausse de 0,9% par rapport à mai, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un niveau inchangé.

Ces promesses sont considérées comme un indicateur de l’évolution à venir du marché immobilier aux Etats-Unis puisqu’elles sont censées se transformer en ventes effectives un ou deux mois plus tard.

Sur un an, elles se sont contractées de 2,5%, soit le sixième mois consécutif de baisse.

“Même si un peu plus de propriétaires mettent en vente leur maison, les stocks restent peu fournis et inférieurs à la demande”, a déclaré Lawrence Yun, économiste en chef chez la NAR.

Tableau

* RECUL DE 5,3% DES VENTES DE LOGEMENTS NEUFS EN JUIN

25 juillet - Les ventes de logements neufs ont baissé plus que prévu en juin, à un creux de huit mois, et celles du mois précédent ont été revues en net recul, derniers signes en date du ralentissement du marché immobilier.

Elles ont diminué de 5,3% au rythme annualisé de 631.000 unités, montrent les données publiées mercredi par le département américain du Commerce, leur plus faible niveau depuis octobre 2017. Le rythme des ventes du mois de mai, estimé dans un premier temps à 689.000, a été révisé en baisse à 666.000.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à ce que les ventes de logements neufs, qui représentent près de 11% du marché immobilier résidentiel aux Etats-Unis, diminuent de 2,8% en moyenne au rythme de 670.000 unités le mois dernier.

La statistique des ventes de logements neufs a tendance à être volatile en rythme mensuel. En rythme annuel, les ventes ont progressé de 2,4% au mois de juin.

Le marché immobilier souffre de la hausse des coûts des matériaux et des pénuries de terrains et de main d’oeuvre, qui pèsent sur l’offre de maisons à vendre et maintiennent les prix à un haut niveau.

Les ventes de l’immobilier neuf dans le sud, qui représentent la majeure partie des transactions, ont chuté de 7,7% en juin. Les ventes ont reculé de 5,2% dans l’ouest et de 13,4% dans le Midwest. Elles ont en revanche bondi de 36,8% dans le nord-est.

Le prix médian des logement neufs a baissé de 4,2% à 302.100 dollars (258.369 euros) en juin par rapport à il y a un an.

Tableau

* BAISSE DE 0,6% DES REVENTES DE LOGEMENTS EN JUIN

23 juillet - Les reventes de logements ont baissé en juin, pour le troisième mois consécutif, la pénurie de maisons à vendre ayant poussé les prix à un niveau record.

La fédération nationale des agents immobiliers (NAR) a annoncé lundi que les ventes de logements anciens avaient reculé de 0,6% le mois dernier à 5,38 millions d’unités en rythme annualisé corrigé des variations saisonnières (CVS). Le rythme des ventes au mois de mai a été révisé en baisse à 5,41 millions d’unités au lieu des 5,43 millions annoncées en première estimation.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,5% à 5,44 millions d’unités en juin.

Sur un an, les ventes dans l’immobilier ancien, qui représentent environ 90% du marché, ont reculé de 2,2%, en repli pour le quatrième mois consécutif. Elles affichent une baisse identique sur l’ensemble du premier semestre 2018.

Les ventes sont entravées par une pénurie aiguë de biens.

La hausse des coûts de matériaux de construction, le manque de terrains et une pénurie de main d’oeuvre ont empêché les constructeurs de combler l’écart des stocks, faisant gonfler les prix des maisons.

Le nombre de logements anciens à vendre a augmenté de 4,3% par rapport à mai, à 1,95 million d’unités, et de 0,5% sur un an - sa première hausse en rythme annuel depuis juin 2015.

Au rythme de juin, il faudrait 4,3 mois pour écouler les stocks contre 4,1 mois en mai.

Le prix médian des maisons a augmenté de 5,2% le mois dernier par rapport à juin 2017, à un record de 276.900 dollars (236.532 euros), soit une 76e hausse consécutive en variation annuelle qui fait craindre que l’inflation des prix, avec l’augmentation des taux hypothécaires, ne freine la demande.

Tableau

* LES MISES EN CHANTIER À UN PLUS BAS DE 9 MOIS EN JUIN

18 juillet - Les mises en chantier de logements neufs sont tombées à leur plus bas niveau en neuf mois en juin et les permis de construire ont reculé pour le troisième mois consécutif, signalant une mauvaise passe pour le marché immobilier confronté à une pénurie de biens à vendre.

Les mises en chantier ont chuté de 12,3% au rythme annualisé de 1,127 million d’unités, au plus bas depuis septembre 2017, a annoncé mercredi le département du Commerce. Le chiffre du mois de mai a été révisé de surcroît en baisse à 1,337 million au lieu de 1,350 million.

La baisse de juin est la plus forte depuis novembre 2016 et elle a concerné les quatre grandes régions américaines (Nord-Est, Midwest, Sud, Ouest).

Le nombre de permis de construire délivrés le mois dernier a pour sa part baissé de 2,2% au rythme annualisé de 1,273 million d’unités, également un creux depuis septembre 2017.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à voir le rythme des mises en chantier reculer à 1,320 million en juin et celui des permis de construire remonter à 1,330 million.

Dans la construction résidentielle, principal segment du marché, les mises en chantier ont chuté de 9,1% au rythme annualisé de 858.000 unités, confirmant leur décrue depuis le pic de plus de 10 ans atteint en novembre dernier à 948.000.

Tableau

* STABILITÉ DE L’INDICE DE CONFIANCE NAHB À 68 EN JUILLET

17 juillet - L’indice de confiance des professionnels du secteur de l’immobilier est resté inchangé en juillet, selon l’enquête de la fédération professionnelle NAHB publiée mardi.

L’indice s’est établi ce mois-ci à 68 comme en juin et est conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters.

Le sous-indice mesurant l’opinion des professionnels interrogés sur les ventes de logements individuels est également resté stable à 74 mais celui mesurant leur opinion sur les ventes à un horizon de six mois a reculé à 73 après 75 en juin.

* HAUSSE DE 0,4% DES DÉPENSES DE CONSTRUCTION EN MAI

2 juillet - Les dépenses de construction ont augmenté en mai, grâce aux investissements dans des projets privés et publics, mais les dépenses du mois précédent ont été moins fortes qu’initialement estimé.

Le département du Commerce a fait état lundi d’une augmentation de 0,4% des dépenses de construction en mai. Les données d’avril ont été nettement révisées en baisse à +0,9% au lieu d’un gain de 1,8% comme indiqué en première estimation.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une progression de 0,5% en mai.

Sur un an, les dépenses de construction ont accéléré de 4,5% en mai.

Dans son rapport de mai, le gouvernement présente une version révisée de ses chiffres jusqu’à janvier 2011.

La révision à la baisse des données d’avril pourrait amener les économistes à réduire davantage leurs estimations du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre.

La Réserve fédérale d’Atlanta prévoit que le PIB du deuxième trimestre aura augmenté à un taux annualisé de 3,8%, après 2,0% au premier trimestre.

En mai, les dépenses dans la construction privée ont augmenté de 0,3% après un gain de 0,4% en avril. Les dépenses sur les projets résidentiels privés ont progressé de 0,8% après une croissance de 0,5% en avril.

Les investissements dans les chantiers publics ont affiché une croissance de 0,7%, à leur niveau le plus élevé depuis octobre 2010, après une progression de 2,3% en avril. Les investissements dans les chantiers publics fédéraux ont crû de 2,1%, contre une augmentation de 2,5% en avril.

Tableau

Les indicateurs publiés en juin (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below