June 26, 2018 / 7:14 PM / 21 days ago

LEAD 3-Discussions entre Erythréens et Ethiopiens, qui espèrent une ère de paix

(Actualisé avec Ethiopian Airlines, 3e ligne)

par Aaron Maasho

ADDIS-ABEBA, 26 juin (Reuters) - Les premières discussions entre Erythrée et Ethiopie en près de 20 ans, qui se sont tenues mardi à Addis-Abeba, ont ouvert la voie à la paix, a estimé le chef de la diplomatie érythréenne, Osman Saleh.

“Nous avons ouvert la porte à la paix”, a-t-il résumé, pendant que le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, traçait une perspective : “Mettons un terme à ce conflit au cours de cette génération. Faisons en sorte que s’ouvre une ère d’amour et de réconciliation”.

Signe d’une ouverture concrète entre les deux pays, Abiy Ahmed a annoncé après les discussions avec la délégation érythréenne que la compagnie Ethiopian Airlines allait reprendre ses vols à destination de l’Erythrée, pour la première fois depuis vingt ans.

Abiy Ahmed avait accueilli avec faste mardi la délégation érythréenne. Des athlètes, des chanteurs, des acteurs et des dignitaires religieux étaient présents à l’aéroport international de Bole pour accueillir avec des guirlandes de fleurs la délégation d’Asmara conduite par Osman Saleh et qui comprenait aussi Yemane Gebreab, conseiller à la présidence.

Les drapeaux des deux pays flottaient au vent et une grande banderole proclamait “Bienvenue !”

L’Erythrée a obtenu l’indépendance de l’Ethiopie en 1993 après trente années de lutte armée. De 1998 à 2000, une guerre a opposé les deux pays, faisant 80.000 morts, en raison de désaccords sur la frontière. Depuis, Asmara et Addis-Abeba n’ont pas de relations diplomatiques.

La frontière commune reste fortement militarisée et son tracé est toujours contesté autour de la ville de Badmé.

En 2002, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye a attribué Badmé à l’Erythrée mais Addis-Abeba a ignoré ce jugement et la ville est restée sous administration éthiopienne.

Abiy Ahmed, qui a pris ses fonctions en mars, a déclaré ce mois-ci, à la surprise générale, qu’il était prêt à respecter ce jugement international.

Le président érythréen Isaias Afwerki a salué les “messages positifs” envoyés par Addis-Abeba et a décidé d’envoyer une délégation en Ethiopie.

Sur Twitter, le directeur de cabinet du Premier ministre éthiopien a dit l’espoir du chef du gouvernement de voir cette visite “poser les bases d’un avenir bien plus brillant pour #l’Ethiopie et #l’Erythrée”. (Arthur Connan, Jean-Philippe Lefief, Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below