June 22, 2018 / 2:00 PM / 3 months ago

L'Ecofin avalise le renforcement de la prévention des crises

par Jan Strupczewski

LUXEMBOURG, 22 juin (Reuters) - Les ministres des finances de l’Union européenne se sont accordés vendredi pour doubler les moyens susceptibles d’être consacrés au sauvetage de banques en difficulté et renforcer les pouvoirs du Mécanisme européen de stabilité (MES) mais ils restent divisés sur l’opportunité de se doter d’un mécanisme de restructuration de la dette publique.

L’Ecofin réuni à Luxembourg s’est accordé sur l’opportunité de doter le MES du pouvoir de prêter des capitaux au Fonds de résolution unique (FRU) destiné aux banques si ce dernier devait manquer de fonds en cas de crise majeure.

Le FRU, financé par des contributions des banques de l’Union, devrait disposer de 55 milliards d’euros d’ici la fin 2023. Le MES pourrait lui apporter jusqu’à 60 milliards supplémentaires en cas de besoin.

“Nous avons choisi d’assurer aux banques un filet de sécurité crédible; nous avons fixé aux banques des incitations appropriées pour qu’elle continuent de réduire leur exposition aux risques, nous avons décidé de renforcer le MES pour renforcer nos lignes de défense”, a déclaré Mario Centeno, le président de l’Eurogroupe qui réunit les ministres des Finances de la zone euro.

Le MES aura aussi pour mission désormais d’évaluer régulièrement la situation économique des pays de la zone euro dans le but de prévenir d’éventuelles difficultés et d’élaborer en cas de besoin des plans d’aide et de réformes en échange de financements.

“Nous sommes d’accord sur le fait que le MES doit jouer un rôle accru dans la conception et l’évalution des programmes”, a dit Mario Centeno tout en précisant qu’il ne s’agissait pas d’empiéter sur les attributions de la Commission européenne.

La France et l’Allemagne ont appelé mardi à renforcer le MES pour lui permettre de jouer un rôle d’intermédiaire entre un Etat et les marchés si une restructuration de sa dette se révélait nécessaire.

Mais l’Italie, dont la dette représente 132% du produit intérieur brut (PIB), s’oppose à la création d’un Mécanisme de restructuration de la dette souverain dans lequel le MES jouerait un rôle clé.

“Sur les questions de soutenabilité de la dette, il y a encore un éventual de positions différentes”, a reconnu Mario Centeno. (Jan Strupczewski, Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below