June 22, 2018 / 10:04 AM / 5 months ago

RPT-RESUME DE L'ACTUALITE A 10H00 GMT (22/06)

(RPT mot manquant au premier paragraphe)

LUXEMBOURG - Les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus en début de nuit à un accord d’allégement de la dette grecque assorti d’une importante injection de liquidités conçu pour rendre la Grèce autonome à la sortie de son régime de mise sous tutelle à la fin du mois d’août.

Ayant perdu l’accès aux marchés à la faveur de la crise financière de 2008 et de la crise de la dette qui a suivi, la Grèce vit essentiellement depuis 2010 de l’argent emprunté aux Etats de la zone euro dans le cadre de trois opérations de renflouement.

Avec des centaines de réformes demandées par ses créanciers déjà réalisées, la Grèce a fait des progrès importants. Mais pour lui prêter à nouveau, les investisseurs ont besoin de savoir qu’elle ne s’effondrera pas à nouveau sous le poids du service d’une dette qui représente 180% de son produit intérieur brut (PIB).

“Après huit longues années, la Grèce va enfin sortir de l’assistance financière”, a déclaré le président de l’Eurogroupe, Mario Centeno, lors d’une conférence de presse vendredi au petit matin, après des heures de négociations.

—-

BRUXELLES/ROME - L’incertitude règne avant le “mini-sommet” européen sur l’immigration prévu dimanche à Bruxelles, tant les priorités des uns et des autres semblent inconciliables.

Opposés aux “quotas” de migrants, les quatre pays du Groupe de Visegrad - Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie - ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à cette réunion.

Quant au chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, il a finalement accepté d’être présent, disant avoir obtenu de la chancelière allemande Angela Merkel le retrait d’un projet de déclaration de l’UE que Rome jugeait inacceptable.

Avant le Conseil européen de la fin du mois, il s’agira dimanche de trouver un accord sur la politique migratoire, une priorité pour Angela Merkel fragilisée par la révolte de ses alliés bavarois de l’Union chrétienne-sociale (CSU) dont le chef est son ministre de l’Intérieur Horst Seehofer.

Ce dernier exige un renforcement de la législation sur les demandeurs d’asile. Faute d’accord européen d’ici juillet, il prône notamment l’expulsion d’Allemagne des migrants déjà enregistrés dans un autre pays de l’UE, en totale contradiction avec la politique d’ouverture adoptée par Merkel en 2015.

A Quimper, dans le Finistère, le président français Emmanuel Macron a appelé à ne pas s’habituer à la “lèpre” des extrêmes en Europe, une allusion à peine voilée au nouveau gouvernement italien, dont la décision la semaine dernière de ne pas laisser accoster le navire humanitaire Aquarius a ravivé les fractures au sein de l’Union européenne sur la question migratoire.

En Méditerranée, près de 220 migrants se sont noyés ces derniers jours au large de la Libye, rapporte jeudi le Haut Commissariat de l’Onu aux réfugiés (HCR), citant des rescapés.

—-

WASHINGTON/MCALLEN, Texas - Donald Trump a ordonné à l’administration américaine de réunir les familles de migrants dont les parents et les enfants ont été séparés à leur arrivée aux Etats-Unis, mais ses efforts pour revenir sur une politique qui a suscité un tollé mondial s’opèrent dans la confusion.

Malgré l’ordre du président des Etats-Unis, on ne sait ni comment ni quand les quelque 2.300 mineurs qui ont été séparés de leurs parents au cours des dernières semaines vont pouvoir les retrouver. On ne sait pas non plus où seront logées les familles le temps que les parents soient poursuivis au pénal.

Le gouvernement a demandé à l’armée américaine de se préparer à accueillir dans des bases militaires jusqu’à 20.000 enfants de migrants non accompagnés, a indiqué le porte-parole du Pentagone, Jamie Davis.

Le Haut Commissariat de l’Onu pour les droits de l’homme (HCDH) a appelé vendredi l’administration Trump à “remanier” sa politique migratoire et à trouver des alternatives aux placements en détention, soulignant que jamais des enfants ne devaient se retrouver en prison, même avec leurs parents.

—-

BEYROUTH/GENEVE - Les forces gouvernementales syriennes ont pilonné des zones tenues par les insurgés, jeudi dans le sud-ouest de la Syrie que le président Bachar al Assad s’est engagé à reconquérir.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), environ 12.500 personnes ont fui la ville de Bousra al Hariri et ses environs, dans la province de Deraa, au cours des dernières 48 heures. Les rebelles ont quant à eux dressé des comptes rendus divergents de l’ampleur de cet exode.

L’Onu s’est déclarée jeudi préoccupée par le sort de 750.000 habitants du sud-ouest de la Syrie où une offensive militaire provoque un exode dans le gouvernorat de Deraa.

—-

WASHINGTON - Les rebelles yéménites houthis, opposés à la coalition menée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis dans la bataille pour le contrôle d’Hodeïda, ont fait savoir qu’ils seraient prêts à confier la gestion du port d’Hodeïda aux Nations unies, apprend-on de source proche du dossier.

L’Arabie saoudite et les EAU ont promis une opération militaire rapide pour reprendre l’aéroport et le port, sans entrer dans le centre-ville, afin de minimiser les pertes civiles et de maintenir le commerce des biens de première nécessité.

Ces deux pays, qui sont intervenus dans la guerre civile au Yémen en mars 2015 pour tenter de rétablir le président Abd-Rabbo Mansour Hadi au pouvoir, expliquent qu’ils doivent reprendre Hodeïda pour priver les Houthis soutenus par l’Iran de leur principale source de revenus et les empêcher d’introduire des missiles dans la ville.

PARIS - Le gouvernement français a revu à la baisse le format de la conférence humanitaire sur le Yémen programmée le 27 juin, après le lancement de l’offensive de la coalition sous commandement saoudien à Hodeïda, principal port du pays, a-t-on appris de sources diplomatiques et humanitaires à Paris.

La conférence annoncée en avril par Emmanuel Macron à l’occasion de la visite du prince Mohammed ben Salman, héritier du trône saoudien, devait avoir lieu au niveau ministériel mais ne réunira finalement que des experts, qui seront chargés de préparer une rencontre ultérieure, a-t-on précisé.

—-

PARIS - Vingt-deux des 26 dossiers français ouverts en 2016 à la suite des révélations des “Panama papers”, visant des particuliers ou des sociétés, font toujours l’objet d’investigations, a-t-on appris auprès du Parquet national financier (PNF).

Deux autres dossiers ont donné lieu à une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC, ou “plaidé coupable”) et deux ont été classés sans suite, a-t-on précisé de même source.

Le PNF avait ouvert une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale aggravée le 4 avril 2016, après une fuite massive de données confidentielles dans la presse mondiale, les “Panama papers”, révélant un système d’évasion fiscale internationale.

—-

PARIS - Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a fustigé le “dysfonctionnement majeur” qui a entraîné le fiasco du nouveau Vélib’ et l’abandon du système de location d’automobiles Autolib’ à Paris.

Le député parisien, à qui l’on prête des ambitions pour les élections municipales de 2020, a indirectement visé l’actuelle maire socialiste de la capitale, Anne Hidalgo.

“Il y a un dysfonctionnement grave, manifestement, sur la question des mobilités à Paris”, a-t-il déclaré sur Radio Classique. “Vous n’êtes jamais seul responsable (mais) là, manifestement, il y a un dysfonctionnement majeur.”

Le Syndicat Autolib’ Vélib’ métropole (SAVM) a voté jeudi la résiliation du contrat avec le groupe Bolloré, une décision qui doit entraîner l’arrêt du service de voitures électriques en libre-service à Paris, qui existait depuis 2011.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below