June 21, 2018 / 6:33 PM / 6 months ago

LEAD 1-L'Etat sera très vigilant sur l'actionnariat d'Engie-Vial (APE)

(Version complétée)

PARIS, 21 juin (Reuters) - L’Etat français sera très vigilant sur l’actionnariat d’Engie et ne laissera pas le fournisseur d’énergie passer sous le contrôle d’investisseurs anglo-saxons ou chinois, a déclaré jeudi Martin Vial, commissaire aux participations de l’Etat.

Le gouvernement a amorcé le 18 juin son plan de privatisation d’Engie, la Française des Jeux (FDJ) et Groupe ADP .

“On ne peut pas imaginer que le capital d’Engie soit livré aux intérêts anglo-saxons ou chinois peut-être. Nous sommes très attentifs à ce qui se passe au Portugal en ce moment”, a dit Martin Vial sur BFM Business, en évoquant l’offre du groupe public chinois China Three Gorges (CTG) de prendre le contrôle d’EDP, la plus grande entreprise du Portugal.

“Toute évolution éventuelle dans le capital d’Engie nous amènera à être très vigilants sur les actionnaires qui se substitueraient en partie à l’Etat”, a ajouté le patron de l’Agence des participations de l’Etat (APE).

L’Etat veillera à préserver les intérêts de la France dans la structure des grandes entreprises pour lesquelles il étudie des cessions de participation, a-t-il dit, comme Air France-KLM et Renault qui ont déjà des actionnaires étrangers.

“Tout mouvement que nous serions amenés à faire un jour sera examiné, préparé à l’aune de cette réflexion (...) : garder l’ancrage français dans ces grandes entreprises”, a-t-il déclaré.

Concernant le Groupe ADP, Martin Vial a indiqué que l’Etat n’avait pas encore tranché la question de céder tout ou partie de sa participation.

Interrogé sur l’intérêt déclaré du groupe Vinci, qui se développe dans les concessions aéroportuaires, il s’est borné à répondre : “Ce n’est pas parce qu’un candidat est déjà actionnaire qu’il est favori.”

Martin Vial a aussi déclaré qu’une scission d’EDF n’était “pas à l’ordre du jour” et que l’Etat n’envisageait pas d’opération à court terme concernant l’opérateur télécoms Orange .

Le titre EDF a bondi en Bourse jeudi sur un retour des spéculations de scission de l’électricien public entre activités nucléaires et renouvelables, alimenté par des déclarations du ministre Nicolas Hulot et d’informations de presse.

Dominique Rodriguez, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below