June 21, 2018 / 12:08 PM / 3 months ago

BOURSE-EDF bondit en Bourse, le scénario d'une scission refait surface

PARIS, 21 juin (Reuters) - Le titre EDF bondit à la Bourse de Paris jeudi en début d’après-midi, des intervenants de marché invoquant le retour du scénario d’une scission du groupe entre activités nucléaires et renouvelables alimenté par des déclarations de Nicolas Hulot et des informations de presse.

L’action de l’électricien public, dont l’Etat détient 83,5% du capital, grimpe de 5,62% à 11,845 euros à 14h03, enregistrant la plus forte du SBF120 (-0,44%).

“Une des raisons pour laquelle EDF se retrouve en difficulté, c’est que, notamment, la filière nucléaire, pardon de le dire, nous emmène dans une dérive”, a déclaré jeudi matin le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, sur France Info.

“Je pense que l’avenir d’EDF, et l’avenir notamment économique, il est d’abord et principalement dans l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables et qu’EDF – et je pense que maintenant c’est son souhait – ne manque pas l’opportunité de la transition énergétique”, a-t-il ajouté.

L’hebdomadaire Challenges, qui ne cite pas ses sources, rapporte par ailleurs que l’Agence des participations de l’Etat (APE) planche sur un schéma “techniquement prêt à la rentrée” consistant à scinder l’entreprise, avec une “sanctuarisation du nucléaire” et une cotation des énergies renouvelables.

Deux traders et un analyste interrogés par Reuters ont estimé que la hausse de l’action EDF était due aux déclarations du ministre et aux informations de Challenges.

“Je pense que c’est l’interview de Nicolas Hulot sur France Info qui relance les spéculations de démantèlement de l’entreprise par une séparation des activités renouvelables et nucléaires”, a indiqué l’un d’entre eux.

L’APE, Bercy et EDF n’ont pas souhaité commenter ces informations.

Le PDG d’EDF a déclaré plusieurs fois ces derniers mois que le groupe n’avait pas été “sollicité” par le gouvernement pour revoir l’organisation de ses activités.

Des sources au fait du dossier avaient déclaré en novembre dernier que le ministère de l’Economie réfléchissait à différentes pistes pour modifier la structure de l’électricien public, parmi lesquelles une scission des activités nucléaires, mais qu’il n’avait pas arrêté de projet précis.

Nicolas Hulot a également dit à des journalistes en janvier que l’hypothèse de loger les actifs nucléaires d’EDF dans une entité à part avait fait l’objet de discussions au sein du gouvernement mais qu’il n’y avait pas à ce stade de scénario privilégié d’évolution de l’organisation du groupe.

“On voit bien que le coût de l’énergie fabriquée avec du nucléaire ne cesse de monter parce que nous n’avons pas nécessairement provisionné un certain nombre de choses, en même temps que le coût des énergies renouvelables est en train de dégringoler”, a-t-il en outre souligné sur France Info jeudi. (Benjamin Mallet, avec Sudip Kar-Gupta et Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below