June 13, 2018 / 9:41 AM / 6 months ago

GB-L'inflation stable en mai malgré la hausse du brut

LONDRES, 13 juin (Reuters) - L’inflation est restée stable de manière inattendue en mai en Grande-Bretagne mais la hausse du prix de l’essence pourrait annoncer une prochaine accélération.

Les prix à la consommation ont augmenté de 2,4% sur un an le mois dernier, comme en avril, leur plus faible croissance depuis mars 2017, a annoncé mercredi l’institut national de la statistique (ONS).

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient en moyenne à une inflation en légère hausse à 2,5%.

La Banque d’Angleterre (BoE) a dit en mai s’attendre à une accélération de l’inflation au cours des prochains mois en raison de la hausse des prix du pétrole et des factures d’énergie, avant une décélération progressive vers son objectif de 2%.

Les dépenses de consommation, principal moteur de la croissance britannique, ont été fortement comprimées l’an dernier par une inflation supérieure à cet objectif.

Les statistiques de mercredi donnent à penser que les pressions inflationnistes pourraient être ravivées. Les prix du carburant ont augmenté au rythme mensuel le plus élevé depuis janvier 2011, de 3,8%.

“Les récentes hausses importantes du coût du pétrole brut se sont répercutées sur les prix payés par les consommateurs à la pompe”, a déclaré Mike Hardie, statisticien de l’ONS.

La BoE a relevé son principal taux directeur en novembre pour la première fois depuis la crise financière de 2008 mais la faible croissance du premier trimestre l’a amenée à opter pour le statu quo en mai.

La plupart des économistes interrogés par Reuters s’attendent à présent à un relèvement des taux en août mais certains expriment des doutes sur ce calendrier en raison des statistiques mitigées d’avril sur les salaires et la production industrielle.

Les chiffres publiés mercredi par l’ONS suggèrent un net renforcement des pressions sur les prix à la consommation à court terme.

Le coût des intrants dans le secteur manufacturier a augmenté de 9,2% sur un an en mai et de 2,8% sur le mois, la plus forte hausse mensuelle depuis octobre 2016. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse sur un an de 7,6%.

L’ONS a aussi annoncé que les prix de l’immobilier résidentiel avaient progressé de 3,9% en avril dans l’ensemble du Royaume-Uni, contre 4,2% en mars, soit la plus faible hausse en un peu plus d’un an. À Londres, les prix ont augmenté de 1,0% après avoir légèrement baissé en mars.

Tableau (David Milliken et Sarah Young Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below