June 12, 2018 / 11:24 AM / 3 months ago

LEAD 1-Allemagne-Le moral des investisseurs chute plus que prévu

(Actualisé avec citations et précisions)

par Joseph Nasr

BERLIN, 12 juin (Reuters) - Le moral des investisseurs allemands s’est dégradé nettement plus que prévu en juin, tombant à son plus bas niveau en près de six ans, montre l’enquête mensuelle publiée mardi par l’institut d’études économiques ZEW, qui explique cette chute par les craintes d’escalade des tensions commerciales avec les Etats-Unis et le nouveau contexte politique en Italie.

L’indice ZEW est tombé à -16,1 en juin, à un creux depuis septembre 2012, après -8,2 en mai. Les économistes attendaient en moyenne un repli à -14,0.

Les institutions économiques internationales ont prévenu que le protectionnisme adopté par le président américain Donald Trump, notamment les taxes imposées sur les importations d’acier et d’aluminium, assombrissait le ciel de l’économie mondiale.

Mais en tant que premier pays exportateur d’Europe vers les Etats-Unis, l’Allemagne cherche à éviter coûte que coûte une guerre commerciale avec Washington. Plus d’un million d’emplois en Allemagne sont liés de près ou de loin aux relations commerciales entre les deux pays.

“La dernière escalade dans les tensions commerciales avec les Etats-Unis et les craintes suscitées par la politique du nouveau gouvernement italien, qui pourrait déstabiliser le système financier, pèsent sur les perspectives de l’Allemagne”, déclare dans un communiqué Achim Wambach, président de l’institut ZEW.

Donald Trump a stupéfié ses alliés dimanche en décidant de se désolidariser du communiqué commun approuvé à grand peine par les dirigeants du G7, qui mentionne la nécessité d’un “commerce libre, équitable et mutuellement bénéfique” et l’importance de la lutte contre le protectionnisme.

Le nouveau gouvernement de coalition italien a été formé par le Mouvement 5 étoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite), deux formations qui ont promis de secouer l’Union européenne, même si le ministre de l’Economie, Giovanni Tria, a déclaré dimanche que Rome n’avait aucune l’intention de quitter la zone euro.

L’institut ZEW a mené son enquête dans les deux semaines précédant le 11 juin, ce qui suggère que la plupart des personnes interrogées y ont répondu au moment où les préoccupations sur l’Italie dominaient.

“A première vue, l’indice ZEW suggère que la croissance allemande ralentira fortement et qu’il existe un risque important de récession”, écrit Jennifer McKeown, de Capital Economics, dans une note.

“Mais notons que sa corrélation avec la croissance a été très faible par le passé et ne tirons pas de conclusions définitives à partir d’un niveau particulier”, ajoute-t-elle.

Le sous-indice de l’évaluation des conditions actuelles par les investisseurs a reculé à 80,6 contre 87,4 en mai. Le consensus Reuters le donnait à 85,0.

Les marchés n’ont pas réagi à la publication de l’enquête. (Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below