June 11, 2018 / 1:53 PM / 5 months ago

Progression de la Ligue aux élections locales en Italie

ROME, 11 juin (Reuters) - Le premier tour des élections locales dimanche en Italie a été marqué par une forte progression de la Ligue d’extrême droite mais son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, le Mouvement 5 Etoiles (M5S) anti-système, a enregistré un revers.

Le centre gauche dominé par le Parti démocrate (PD) continue à perdre du terrain.

Quelque 6,7 millions d’Italiens étaient appelés à voter mais l’abstention a été très forte - plus de 70% - pour ces élections organisées dans 760 villes, dont vingt chefs-lieux de province, et dans deux des quinze arrondissements de Rome.

Il s’agissait du premier test électoral pour le nouveau gouvernement de coalition M5S-Ligue dirigé par Giuseppe Conte.

Là où aucun candidat n’a atteint 50% des voix, un second tour sera organisé le 24 juin.

Les candidats soutenus par la Ligue l’ont emporté facilement à Trévise et à Vicence, dans le nord-est du pays, et arrivent en tête dans de nombreuses autres villes où le maire sortant est de centre gauche.

“Je suis très content pour les nôtres qui ont été élus maires (...) et aussi parce que nous sommes présents au second tour dans des villes où nous avions toujours eu du mal à nous imposer”, a déclaré le chef de la Ligue, Matteo Salvini, vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur du nouveau gouvernement.

Le M5S, premier parti du pays à l’issue des élections législatives du 4 mars avec environ 32% des voix, n’a guère brillé lors de ces scrutins locaux.

Il ne sera présent au second tour que dans trois des chefs-lieux de province et n’arrive en tête que dans la ville sicilienne de Raguse, dont le maire sortant est un de ses membres.

Malgré des victoires spectaculaires à Rome et Turin en 2016, le M5S a généralement du mal à s’imposer aux élections municipales, faute d’un fort enracinement local.

Le Parti démocrate, grand perdant des législatives de mars, continue de baisser.

Le centre gauche qui contrôlait 15 des 20 chefs-lieux de province et plus de la moitié des 109 villes de plus de 15.000 habitants en jeu dimanche semble destiné à en perdre un grand nombre le 24 juin.

Il a imposé son candidat dès le premier tour à Brescia, dans le nord du pays, mais risque de perdre ses traditionnels bastions de Pise et de Sienne, en Toscane, et n’est même pas au second tour à Terni, en Ombrie. Il a également perdu la ville de Catane, en Sicile. (Gavin Jones; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below