May 11, 2018 / 3:54 PM / 2 months ago

Vivendi dit à la Consob qu'il ne contrôle plus TIM

MILAN, 11 mai (Reuters) - Vivendi a informé la Consob, le gendarme boursier italien, qu’il n’exerçait plus aucun contrôle sur Telecom Italia (TIM) après avoir perdu la majorité des sièges du conseil d’administration au terme de l’assemblée générale extraordinaire du 4 mai, a déclaré vendredi une source proche du dossier.

La Consob et Vivendi n’étaient pas joignables dans l’immédiat pour commenter l’information.

La liste présentée par le fond activiste Elliott a obtenu vendredi dernier les deux tiers des sièges du conseil d’administration de TIM, affaiblissant l’influence que détenait jusque-là Vivendi, premier actionnaire de l’opérateur télécoms italien.

Depuis son entrée au capital de TIM en 2015, Vivendi n’a cessé de propager son influence au sein de ce dernier, désignant l’an dernier la plus grande partie des membres du conseil d’administration et nommant à sa tête Arnaud de Puyfontaine, son président du directoire.

L’Etat italien s’est malgré tout assuré l’an passé un droit de regard sur les décisions stratégiques de l’opérateur télécoms, dans le but apparent de contrecarrer les visées de Vivendi, qui avait toujours nié contrôler TIM.

La Consob a fait savoir vendredi que la participation de Vivendi dans INWIT, la filiale d’antennes de TIM, avait été ramenée de 60% à zéro à la suite de l’AGE du 4 mai.

Stefano Rebaudo Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below