May 9, 2018 / 2:16 PM / in 6 months

Maersk devrait geler son projet d'IPO de l'activité de forage

par Clara Denina , Jonathan Saul, Dasha Afanasieva et Jacob Gronholt-Pedersen

LONDRES/COPENHAGUE, 9 mai (Reuters) - Le groupe danois A.P. Moller-Maersk va probablement geler son projet d’introduction en Bourse de sa filiale de forage en mer en raison de conditions de marchés défavorables, a-t-on appris de cinq sources financières proches du dossier.

Il devrait désormais concentrer ses efforts sur une vente de Maersk Drilling et s’accorder un délai pour parvenir à cette cession, au-delà de l’objectif initial fixé à fin 2018, ont ajouté ces sources.

Maersk n’a pas publiquement évoqué un prix pour cette division mais les analystes estiment sa valeur à environ 4,8 milliards de dollars (4,04 milliard d’euros).

Le groupe danois n’a toujours pas reçu d’offre pour cette filiale, selon deux sources, mais l’exploitant de plates-formes de forage Borr Drilling, dont le principal actionnaire est Schlumberger, numéro un mondial des services parapétroliers, et le texan Diamond Offshore réfléchissent à des propositions, ont dit les sources.

Le secteur du forage pétrolier suscite peu d’appétit actuellement chez les investisseurs en raison de surcapacités. Il continue aussi de souffrir de la chute des cours du pétrole à partir de fin 2014.

Maersk Drilling a affiché l’an dernier une perte de 1,5 milliard de dollars.

De manière plus générale, investisseurs et banquiers ont prévenu que les introductions en Bourse pourraient être plus difficiles cette année en Europe.

Maersk a refusé de s’exprimer sur cette procédure de scission, annoncée en septembre 2016, disant “étudier attentivement toutes les options structurelles disponibles”, y compris une introduction en Bourse ou une vente.

Borr Drilling a également refusé de s’exprimer sur le sujet tandis que Diamond Offshore n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

D’après l’une des sources, le véhicule d’investissement de la famille Maersk, A.P. Moller Holding, pourrait envisager de racheter elle-même l’activité de forage en mer. Cette holding familiale, principal actionnaire du conglomérat avec une participation de 41,5%, a refusé de s’exprimer sur le sujet.

Ce projet de cession s’inscrit dans le cadre de la réorganisation décidée par A.P. Moller-Maersk, qui consiste à se séparer des activités dans le secteur de l’énergie pour se concentrer sur le transport maritime, l’activité portuaire et la logistique.

Le groupe danois a ainsi conclu l’an dernier la vente de Maersk Oil à Total pour 7,45 milliards de dollars. (Bertrand Boucey pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below