May 9, 2018 / 7:41 AM / 6 months ago

LEAD 1-L'accord sur le nucléaire iranien n'est pas mort, assure Le Drian

(Actualisé avec déclarations Bruno Le Maire)

PARIS, 9 mai (Reuters) - L’accord sur le nucléaire iranien “n’est pas mort” en dépit de sa dénonciation par les Etats-Unis, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a annoncé des contacts prochains des Européens avec la République islamique dans l’espoir de le sauver.

Interrogé sur RTL, il a indiqué que le président Emmanuel Macron devait avoir un entretien avec son homologue iranien Hassan Rohani dans l’après-midi et que les chefs de la diplomatie de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni rencontreraient lundi des représentants iraniens.

“Non, cet accord n’est pas mort”, a-t-il dit en soulignant que les inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) depuis 2015 avaient montré que l’Iran respectait ses engagements.

“Nous voulons rester dans cet accord, faire en sorte aussi que l’Iran y reste, que l’Iran fasse preuve de retenue”, a ajouté le ministre. “Il faut que les Iraniens poursuivent cette détermination à rester dans l’accord en échange d’avantages économiques que les Européens vont essayer de préserver (...)C’est l’intérêt de l’Iran”.

Sur ce dernier point, Jean-Yves Le Drian a indiqué que le gouvernement réunirait “dans les jours qui viennent”, les entreprises françaises qui ont signé des contrats avec l’Iran “pour essayer au maximum de les préserver” des sanctions que les Etats-Unis vont rétablir.

Sur France Culture, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il aurait un contact d’ici la fin de semaine avec le secrétaire d’Etat américain au Trésor Steve Mnuchin pour voir ce qui peut être sauvé.

Il s’agit de “regarder ce qui peut être fait d’un point de vue très technique, (à savoir) est-ce qu’on prend ce qu’on appelle des “clauses grand-père”, si des accords qui ont été déjà signés depuis longtemps vont continuer à s’appliquer, si on peut envisager des exemptions”, a-t-il dit.

Bruno Le Maire a précisé qu’il aurait aussi des entretiens avec ses homologues européens “pour voir quelle réaction nous pouvons avoir face à ces sanctions”, dans lesquelles il ne voit pas seulement un problème économique limité aux entreprises désireuses de s’implanter en Iran.

“Ça fait des Etats-Unis le gendarme économique de la planète et je considère que ça n’est pas une situation qui est acceptable”, a-t-il indiqué. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below