May 4, 2018 / 7:32 PM / 3 months ago

Williams et Bostic pas inquiets si l'inflation dépasse un peu 2%

par Lindsay Dunsmuir, Ann Saphir et Howard Schneider

WASHINGTON, 4 mai (Reuters) - La Réserve fédérale doit continuer de remonter les taux de manière progressive et il ne semble pas qu’une hausse brutale de l’inflation se prépare même si les prix évoluent vers l’objectif de la banque centrale, a déclaré vendredi John Williams, le président de la Fed de San Francisco.

Williams, qui doit prendre prochainement la tête de la Fed de New York, a dit qu’il n’était pas préoccupé outre mesure par une inflation qui dépasserait l’objectif de 2% de la Fed pendant une certaine période.

“Compte tenu que l’inflation est en deçà de notre objectif depuis des années, je pense qu’il est important de bien faire passer le message que nous estimons que 2% est le point médian de l’endroit où nous voulons la voir et personnellement cela ne me gêne pas que l’inflation puisse dépasser 2% pendant un certain temps”, a-t-il dit à CNBC.

La Réserve fédérale américaine a, sans surprise, laissé ses taux inchangés mercredi, tout en ajoutant que l’inflation était désormais proche de son objectif de 2%, ce qui laisse la porte ouverte à un nouveau tour de vis en juin après celui de mars.

Le comité de politique monétaire de la banque centrale a en outre relativisé le récent ralentissement de la croissance de l’emploi et de l’activité, notant que l’économie continuait de croître à un “rythme modéré” et que la croissance de l’emploi était restée forte, en moyenne, sur les derniers mois.

Trois ou quatre hausses de taux cette année restent le scénario de base, a ajouté Williams, cependant que Raphael Bostic, son collègue de la Fed d’Atlanta, a dit que l’institut d’émission devrait augmenter les taux encore deux fois cette année, encore que le contexte économique pourrait justifier plus de resserrement.

“Je reste fermement à trois pour l’instant”, a-t-il dit à Reuters, faisant référence au nombre de hausses auxquelles la Fed devrait procéder cette année à son sens. “Je suis ouvert à une évolution dans n’importe quelle direction, revenir à deux ou aller jusqu’à quatre, suivant ce que montreront les indicateurs”, a-t-il ajouté.

Bostic voit l’inflation rester autour de 2% à moyen terme et il a ajouté: “Ce n’est pas parce que l’inflation pourrait dépasser un peu les 2% qu’il nous faudrait paniquer et agir de manière radicale”.

Que la Fed doive continuer à remonter les taux progressivement, Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, en convient aussi, tout en décelant des pressions sur les salaires à un horizon de trois à six mois.

Les créations d’emplois ont augmenté moins que prévu aux Etats-Unis en avril mais le taux de chômage est tombé à un plus bas de 17 ans et demi de 3,9% avec le retrait d’un certain nombre de chômeurs du marché du travail.

Le rapport du département du Travail a aussi montré que la croissance des salaires n’avait été que d’un maigre 0,1%, elle aussi inférieure aux attentes, rassurant les investisseurs qui craignaient un renforcement des tensions inflationnistes.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below