April 27, 2018 / 10:41 AM / 6 months ago

LEAD 1-RBS-L'ombre d'une nouvelle amende US plane sur un bon T1

(Actualisé avec contexte, cours de Bourse)

LONDRES, 27 avril (Reuters) - Royal Bank of Scotland a annoncé vendredi un bénéfice imposable du premier trimestre nettement supérieur aux attentes mais cette donnée a été reléguée au second plan par l’ombre d’une très grosse amende à venir aux Etats-Unis, les effets d’une concurrence accrue en Grande-Bretagne et la grogne de certains clients.

De ce fait, à 12h41, le titre RBS recule de 1,872% à 267,3 pence alors que l’indice regroupant les valeurs bancaires européennes cède 0,58%.

La banque, qui vient de passer les 10 dernières années de son existence à essayer de se remettre d’une quasi-faillite lors de la crise financière de 2007-2009, a dit que son résultat avant impôts sur les trois premiers mois de 2018 était ressorti à 792 millions de livres (912 millions d’euros), grâce notamment à une baisse des coûts juridiques.

Les analystes financiers interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne un bénéfice de 319 millions.

“Ce sont de bons résultats, qui montrent les progrès accomplis malgré un secteur d’activité de plus en plus concurrentiel”, a dit à des journalistes Ross McEwan, directeur général d’un établissement encore détenu à 71% par l’Etat britannique.

La marge nette des intérêts de RBS, qui mesure l’écart entre les sommes versées aux épargnants et les intérêts payés par les emprunteurs, a reculé de 0,2 point de pourcentage au premier trimestre, signe que la concurrence accrue à l’oeuvre dans le secteur bancaire britannique commence à peser.

Royal Bank of Scotland avait publié en février son premier bénéfice annuel en 10 ans.

Les comptes de RBS devraient cependant retomber dans le rouge cette année à la suite de la conclusion anticipée, pour plusieurs milliards de livres, d’un accord avec le département de la Justice américain pour régler un litige concernant des accusations de tromperie dans la vente de titres adossés à des actifs immobiliers (MBS).

La banque a dit n’avoir rien de neuf à dire sur les discussions avec les autorités américaines.

“L’année dernière, je me suis trompé sur le calendrier, j’ai renoncé à faire des commentaires sur le moment où l’accord interviendra”, a ajouté Ross McEwan.

La conclusion d’un accord avec Washington est la condition préalable à la reprise du versement de dividendes et à un début de sortie de l’Etat du capital de RBS.

Les coûts liés à des mesures de restructuration sont revenus à 209 millions de livres sur le trimestre, contre 509 millions il y a un an tandis que ceux liés aux litiges ont fondu à 19 millions de livres contre 764 millions au premier trimestre 2017.

Pour expliquer le recul du titre, certains analystes pointent également du doigt une enquête montrant que le nombre de clients prêts à dire du bien de la marque RBS a fortement chuté, conséquence du mécontentement de certains d’entre eux à ne plus avoir comme interlocuteur un conseiller personnalisé mais, à la place, un centre d’appels. (Lawrence White et Emma Rumney, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below