April 12, 2018 / 3:34 PM / 2 months ago

France-L'OFCE relève ses prévisions de croissance 2018/2019

PARIS, 12 avril (Reuters) - La croissance de l’économie française devrait atteindre 2,0% cette année puis 2,1% en 2019 à la faveur de l’embellie de l’économie mondiale, estime l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui ne voit pas le ralentissement attendu l’an prochain par les autres instituts.

Ses nouvelles prévisions publiées jeudi sont en hausse de 0,3 point pour 2018 et 0,2 point pour 2019 par rapport aux précédentes, publiées en octobre, et tiennent compte de la nette accélération de l’activité enregistrée fin 2017.

Si elles s’inscrivent dans la moyenne des grandes institutions internationale pour cette année, le gouvernement venant tout juste de remonter la sienne de 1,7% à 2,0%, elles sont sensiblement supérieures s’agissant de 2019 : les estimations de l’OCDE, de la Commission européenne, du FMI, de la Banque de France et du gouvernement pour l’an prochain s’inscrivent toutes dans une fourchette allant de 1,7% à 1,9%.

L’explication tient notamment au fait que, pour l’OFCE, l’économie française est loin d’avoir comblé l’écart de production - différence entre la croissance réelle et la croissance potentielle - accumulé ces dernières années et qu’elle ne devrait s’en rapprocher que fin 2019.

Dans l’immédiat, des tensions signalées dans les dernières enquêtes de conjoncture, comme les difficultés de recrutement des entreprises, “ne se traduisent pas par une accélération des salaires au-delà de la productivité, signe que l’économie française ne bute pas sur les capacités de production”.

En plus d’un environnement global favorable, elle sera soutenue par une consolidation budgétaire “modérée” sur la première moitié du quinquennat, estime l’OFCE. Il chiffre l’impact des mesures économiques et fiscales adoptées par le gouvernement mais aussi son prédécesseur (CICE, pacte de responsabilité) en termes de contribution au PIB à +0,1 point en 2018 et +0,2 en 2019.

L’institut revient aussi sur le profil trimestriel de la croissance qui sera marqué par le calendrier des mesures fiscales et leur impact sur le pouvoir d’achat des ménages et partant, leur consommation.

Les hausse de la CSG et de la fiscalité sur les carburants et le tabac de début d’année pèseront ainsi sur la croissance des premiers mois, alors qu’une forte accélération de la consommation devrait intervenir en fin d’année avec la première tranche de la taxe d’habitation et la seconde de la baisse des cotisations sociales.

Pour ces raisons, l’OFCE voit le PIB progresser de 0,3% seulement au 1er trimestre, puis de 0,4% au deuxième, 0,5% au troisième puis 0,7% au quatrième.

Sur cette lancée, la dynamique du pouvoir d’achat des ménages continuerait d’accélérer en 2019, année qui profitera aussi d’un investissement des entreprises toujours robuste et d’une reprise plus nette de l’investissement public.

Les prévisions de l’OFCE

Le communiqué bit.ly/2qrek7U

La présentation bit.ly/2GSgMzq

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below