April 11, 2018 / 1:17 PM / 3 months ago

Italie-Mattarella pourrait désigner un médiateur en cas d'impasse

ROME, 11 avril (Reuters) - Le président italien Sergio Mattarella, qui reprend jeudi ses consultations sur la formation d’un nouveau gouvernement, pourrait charger une personnalité indépendante d’une médiation entre les partis politiques, a-t-on appris mercredi de source proche de la présidence.

Les élections législatives du 4 mars n’ont pas permis de dégager une majorité au Parlement et une première série de consultations menée la semaine dernière par Sergio Mattarella n’a pas abouti.

Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) anti-système, qui est allé seul aux élections, est le premier parti politique du pays, avec 222 députés sur 630, mais la coalition de droite (Ligue, Forza Italia et Frères d’Italie) compte 261 élus à la Chambre.

Le M5S s’est dit prêt à discuter avec la Ligue d’extrême droite mais refuse tout accord avec Forza Italia de Silvio Berlusconi. Le mouvement contestataire a tenté sans succès de diviser la coalition de droite en poussant le chef de la Lega, Matteo Salvini, à rompre avec Berlusconi.

Pour bien marquer leur unité, les chefs de la coalition - Salvini, Berlusconi et Giorgia Meloni, dirigeante des Frères d’Italie - se sont entendus pour adresser un message commun au chef de l’Etat lors de la nouvelle série de consultations. Ils seront reçus ensemble par le président alors qu’ils s’étaient rendus séparément au palais du Quirinal la semaine dernière.

Si les nouvelles discussions de jeudi et vendredi n’aboutissent pas, on indique de source proche de la présidence que Mattarella pourrait désigner un médiateur “neutre”, avec un “mandat exploratoire”, pour tenter de sortir de l’impasse, comme cela s’est déjà vu par le passé.

Ce médiateur pourrait par exemple être le président (M5S) de la Chambre des députés, la présidente (Forza Italia) du Sénat ou bien un juge de la Cour constitutionnelle.

Il est de toute manière peu probable qu’un accord de gouvernement intervienne avant les élections régionales prévues à la fin du mois dans le Molise, dans le sud du pays, et en Frioul-Vénétie julienne, dans le nord.

Le M5S espère en effet prendre le contrôle de sa première région dans le Molise et la Ligue pense, elle, l’emporter en Frioul-Vénétie julienne.

Le dirigeant du M5S, Luigi Di Maio, a souhaité un gouvernement de coalition soit avec la Ligue, soit avec le Parti démocrate de centre gauche. Ses offres ont été rejetées, le Parti démocrate disant vouloir se ranger dans l’opposition et Salvini refusant de rompre avec Silvio Berlusconi.

En cas d’échec des pourparlers, Sergio Mattarella pourra demander à des “techniciens” de former le prochain gouvernement, avec un mandat limité dans le temps, ou alors convoquer de nouvelles élections législatives, probablement à l’automne. (Massimiliano Di Giorgio et Gavin Jones; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below