April 10, 2018 / 4:43 PM / 3 months ago

LVMH confiant pour Louis Vuitton après un T1 explosif

* La croissance organique de Vuitton a été proche de 16%-DirFin

* Premières hausses de prix chez LV depuis 3-4 ans

* Dior a fait mieux que la division mode-maroquinerie au T1

* Un important effet mix-prix dans le cognac grâce à l’Asie

par Pascale Denis

PARIS, 10 avril (Reuters) - LVMH s’est montré confiant mardi concernant sa division mode-maroquinerie et Louis Vuitton, sa marque phare, après un premier trimestre explosif.

Le numéro un mondial du luxe, propriétaire de plus de 70 marques dont Dior, Bulgari ou Moët et Chandon, a dépassé toutes les attentes avec une croissance organique de 13%, portée notamment par un bond de 16% dans la mode-maroquinerie.

“Nous avons eu un bon début d’année et nous nous attendons à ce que la tendance se poursuive”, a déclaré Jean-Jacques Guiony, directeur financier du groupe, interrogé par les analystes sur l’évolution à attendre pour cette division.

Louis Vuitton, qui compte pour environ la moitié du résultat opérationnel de LVMH, tourne à plein régime.

Le maroquinier a lui aussi vu sa croissance organique décoller d’environ 16% au premier trimestre, a précisé le directeur financier lors d’une conférence téléphonique. Une performance d’autant plus remarquable qu’elle s’inscrit sur des bases de comparaisons très élevées.

Les hausses de prix - les premières depuis trois ou quatre ans - ont été limitées à 1,7% à 1,8% en moyenne, tandis que la très forte croissance des volumes va s’accompagner d’une accélération des capacités de production de la marque.

Pour éviter le risque de détérioration de l’expérience des clients dans les magasins, où le trafic explose, Vuitton met l’accent sur le digital et la rénovation de ses boutiques.

Le directeur financier a également estimé, en réponse à une question, ne “pas être préoccupé par le risque de surexposition”, compte-tenu de l’étendue de l’offre de la marque et de ses innovations, “qui passent par exemple par le prêt-à-porter ou des collaborations”.

“Le risque c’est d’être ennuyeux, de manquer de dynamisme. Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est exactement ce qu’il faut faire pour nous permettre de soutenir la dynamique de la marque au cours des prochains trimestres”, a-t-il ajouté.

Les performances de Dior Couture, intégré au groupe LVMH en 2017, ont elles aussi été exceptionnelles au premier trimestre, avec une croissance “supérieure à celle d’ensemble de la division mode-maroquinerie”, a précisé Jean-Jacques Guiony.

Dans un environnement qui reste porteur pour le luxe, tiré par le puissant appétit de la clientèle chinoise, le groupe a vu ses ventes grimper de 21% en Asie hors Japon, tandis que sa croissance a ralenti aux Etats-Unis (+10%) et en Europe (+6%) où la hausse de l’euro a pesé sur les flux touristiques.

Le cognac Hennessy, dont les livraisons de “VS” (eaux-de-vie les plus jeunes) restent limitées faute de stocks après une explosion des ventes au Etats-Unis, a quant à lui profité d’une croissance à deux chiffres de son “XO” en Asie et d’une très solide demande pour les fêtes du nouvel an chinois.

Les chiffres de Rémy Martin, propriété de Rémy Cointreau sont attendus le 18 avril et ceux de Martell, le cognac de Pernod Ricard, le 19. (Avec Sarah White, édité par Gwénaëlle Barzic)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below