April 10, 2018 / 10:11 AM / in 2 months

BOURSE-Ingenico grimpe, le rachat de Verifone relance la spéculation

PARIS, 10 avril (Reuters) - Le spécialiste des moyens de paiement Ingenico bondit mardi à la Bourse de Paris, l’annonce la veille du rachat de son rival américain Verifone Systems par un groupe d’investisseurs financiers incitant certains analystes à revoir leur valorisation à la hausse tout en relançant les spéculations sur un secteur en pleine consolidation.

A 12h05, l’action grimpe de 6,75% à 72,46 euros, signant la plus forte progression du SBF 120 (+0,53%), après avoir gagné jusqu’à plus de 10%.

Le spécialiste américain des technologies de paiement Verifone a annoncé lundi soir son rachat par un consortium emmené par le groupe de capital-investissement Francisco Partners pour un montant d’environ 3,4 milliards de dollars (2,8 milliards d’euros), dette comprise.

Le prix fait ressortir une prime de 54% par rapport au cours de clôture de lundi à 15,00 dollars, ce qui a fait grimper l’action Verifone dans les transactions en après-Bourse.

“Pour Ingenico, cette transaction sur son principal concurrent dans les terminaux de paiement permet de donner des ratios de valorisation de référence”, expliquent mardi les analystes d’Invest Securities.

Et d’après leurs calculs, les ratios retenus pour valoriser Verifone font ressortir une sous-évaluation de 25% à 30% pour Ingenico.

Selon les analystes de Bryan Garnier, le groupe français, présent sur les terminaux mais aussi dans les services de paiement, affiche une valeur d’entreprise représentant 10 fois son excédent brut d’exploitation alors que ce ratio (VE/Ebitda) est de 11,2 pour Verifone.

“Si nous appliquons les multiples de transactions de Verifone à Ingenico, cela nous donne une valorisation de 70 euros par action, en ligne avec notre objectif de cours”, ajoutent-ils.

UBS applique pour sa part le ratio VE/Ebitda utilisé dans la transaction Verifone sur la seule activité de terminaux de paiement d’Ingenico. Cela implique selon eux un potentiel de 18 euros supplémentaires par action par rapport à leur objectif de cours de 85 euros.

“Seul bémol: cette transaction est réalisée par un fonds de private equity, un scénario qu’il nous semble difficile d’extrapoler au groupe français pour des questions de préservation des intérêts stratégiques nationaux”, soulignent les analystes d’Invest Securities.

“Cela ne manquera toutefois pas de relancer la spéculation sur le dossier, avec une liste de prétendants qui devrait s’élargir aux Worldline et Wirecard récemment cités”, ajoutent-ils.

Blandine Hénault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below