March 26, 2018 / 12:54 PM / in 3 months

Varoufakis lance son propre mouvement politique en Grèce

par George Georgiopoulos

ATHÈNES, 26 mars (Reuters) - L’ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a annoncé lundi le lancement de son propre mouvement politique, le “MeRA25”, qui se donne pour objectif de redresser la Grèce en la libérant de l’emprise de la dette.

L’universitaire est devenu une figure centrale de l’économie européenne lorsqu’il a pris en main les finances de la Grèce en 2015 dans la foulée de la victoire de Syriza, le parti de la gauche radicale grecque dirigé par le Premier ministre Alexis Tsipras dont il s’est aujourd’hui éloigné.

Il s’est illustré par une critique féroce de l’austérité défendue par les institutions de la zone euro et par son hostilité à l’encontre des créanciers de la Grèce au plus fort de la crise de la dette souveraine.

“Nous fondons aujourd’hui un nouveau parti, pas simplement un autre parti”, a-t-il déclaré à des journalistes réunis dans un théâtre du centre d’Athènes. “Le MeRA25 est partie intégrante de notre mouvement international DiEM25”, a-t-il ajouté.

Le “communiste à l’écharpe Burberry”, comme le surnommaient certaines responsables européens, dit avoir un programme susceptible de mettre fin au calvaire de la Grèce.

DiEM25, le Mouvement pour la démocratie en Europe, a été lancé il y a deux ans à partir du postulat selon lequel le fonctionnement de l’Union européenne manque de démocratie et que la prise de décision à Bruxelles est entachée d’une culture du secret.

Yanis Varoufakis a dit lundi juger que son pays était devenu la colonie de ses créanciers, un phénomène qui aboutira à sa désertification.

“Notre jeunesse a appris à vivre avec 400 euros par mois ou à chercher à émigrer. Nous ne les ferons pas revenir avec les programmes d’allègement de dette que nos créanciers nous promettent”, a-t-il dit.

“Une fois que le capital humain est parti, vous êtes nus.”

La Grèce a selon lui subi une quadruple faillite: un Etat en faillite avec des banques en faillite et des foyers et des entreprises privés de viabilité “où tout le monde doit quelque chose à quelqu’un mais où personne ne peut payer.”

L’économiste a balayé les critiques selon lesquelles son intransigeance à la tête des finances grecques aurait coûté des milliards d’euros à Athènes.

“En 2015, les créanciers ont étranglé la Grèce, refusé de négocier de bonne foi et orchestré une panique bancaire”, a-t-il déclaré avant de dire redouter que la prochaine sortie de la Grèce du programme d’aide de la zone euro, en août, soit le point de départ de sa mise sous tutelle définitive.

Pour sortir de ses difficultés, la Grèce doit restructurer sa dette, en échangeant d’anciennes obligations par des titres aux rendements indexés sur la croissance et ramener à 1,5% de son PIB son objectif d’excédent primaire alors que la République hellénique s’est engagée à viser 3,5% jusqu’à 2022.

Le programme de Yanis Varoufakis prévoit également la création d’une agence publique chargée de gérer les créances douteuses, l’instauration d’un moratoire sur les saisies immobilières, la réduction de la TVA de 24% à 18% et celle de l’impôt sur les sociétés vers une fourchette comprise entre 20% et 26% contre 29% actuellement. (Nicolas Delame pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below