March 14, 2018 / 8:29 PM / 9 months ago

POINT MARCHÉS -Les tensions commerciales pèsent sur Wall Street, le Dow cède 1%

(Actualisé avec volumes, autres marchés)

* Le Dow a perdu 1,00%, le S&P-500 0,57%, le Nasdaq 0,19%

* Les craintes de guerre commerciale pèsent sur les industrielles

* Les financières pénalisées par la hausse des taux longs

* Boeing lâche près de 2,5%, plus forte baisse du Dow

* Ford en vue après un double relèvement de recommandation

* Peu de mouvements sur le dollar

par April Joyner

NEW YORK, 14 mars (Reuters) - Wall Street a fini en nette baisse mercredi, les velléités protectionnistes du président Donald Trump faisant craindre une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine qui risquerait d’augmenter les coûts des entreprises américaines et de pénaliser leurs ventes à l’étranger.

L’indice Dow Jones, plombé par Boeing, a perdu 248,91 points, soit 1,00%, à 24.758,12 points, après avoir reculé en séance jusqu’à 24.668.

Le S&P-500, plus large, a cédé 15,83 points ou 0,57% à 2.749,48 et le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a limité sa baisse à 14,20 points (0,19%), clôturant à 7.496,81.

Le président Trump entend imposer des tarifs douaniers pouvant toucher jusqu’à 60 milliards de dollars (48,5 milliards d’euros) d’importations chinoises et qui cibleraient désormais les secteurs de la technologie, des télécommunications et du textile, ont rapporté mardi des sources à Reuters.

Rectifiant un tweet présidentiel de la semaine dernière, la Maison blanche a dit mercredi vouloir réduire le déficit avec la Chine de 100 milliards de dollars au total.

“On parle de guerre commerciale, il y a des prises de bénéfice dans un climat d’incertitude”, rapporte Michael O’Rourke, stratège chez JonesTrading à Greenwich (Connecticut).

Trump a déjà augmenté les droits sur les importations d’acier et d’aluminium après celles de panneaux solaires et de lave-linge, faisant craindre des mesures de représailles de la part des partenaires commerciaux des Etats-Unis.

Avec les départs ces derniers jours du secrétaire d’Etat Rex Tillerson et du conseiller pour les affaires économiques Gary Cohn, “le cabinet présidentiel est perçu comme étant beaucoup plus protectionniste qu’il y a encore deux semaines”, observe Paul Nolte, gérant chez Kingsview Asset Management à Chicago.

L’annonce du remplacement de Gary Cohn par l’analyste économique et commentateur Larry Kudlow a cependant permis au marché d’effacer ses plus bas niveaux de la séance. “Larry Kudlow est favorable au libre-échange et cela montre que Trump est ouvert aux arguments des deux bords”, veut croire Stephen Massocca, vice-président senior chez Wedbush Securities à San Francisco.

L’annonce d’une baisse des ventes au détail en février, pour le troisième mois consécutif, a aussi pesé sur la tendance. Leur repli de 0,1% conforte le scénario d’un ralentissement de la croissance au premier trimestre mais apaise parallèlement les craintes d’une accélération des hausses de taux de la Réserve fédérale en 2018.

L’expulsion par le Royaume-Uni de 23 diplomates russes en riposte à l’empoisonnement d’un ancien agent double, pour lequel Londres accuse Moscou, a encore ajouté aux tensions.

L’indice CBOE de la volatilité a pris 0,88 point à 17,23, revenant à un plus haut d’une semaine.

Quelque 6,53 milliards d’actions ont changé de mains à comparer à une moyenne de 7,14 milliards sur les 20 dernières séances.

LES TECHS SE STABILISENT

Neuf des 11 grands indices sectoriels S&P-500 ont fini en baisse, le plus fort recul étant pour les matériaux (-1,32%) et les biens de consommation de base (-1,27%), deux secteurs sensibles aux échanges avec la Chine.

Les financières ont cédé 1,20% dans le sillage des taux longs, le rendement de l’emprunt à 10 ans redescendant à 2,817%, contre 2,848% mardi, sur fond d’aversion au risque.

L’indice des industrielles a reculé de -1,13%, avec Boeing (-2,48%), sensible aux tensions commerciales, qui a accusé la plus forte baisse du Dow devant le chimiste DowDuPont (-2,40%) et la banque Goldman Sachs (-1,53%).

Les technologiques, en baisse de 1,21% mardi, ont limité leur repli à 0,07%, permettant au Nasdaq Composite de surperformer.

Les deux seuls secteurs à progresser ont été les services aux collectivités (+0,97%) et l’immobilier (+0,10%), protégés par leur profil défensif.

Aux valeurs individuelles, le joaillier Signet Jewelers a plongé de 20,23% à 38,22 dollars, au plus bas depuis plus de six ans, après des prévisions de résultats qui ont déçu les analystes.

Tesla a chuté de 4,45% bien qu'ayant démenti des informations de la chaîne CNBC selon lesquelles un grand nombre de pièces fabriquées à son usine de Fremont, en Californie, sont défectueuses et nécessitent une amélioration, ce qui entraînerait des reports de livraison de sa Model 3. (cnb.cx/2It79EC)

A rebours de la tendance, Ford a gagné 2,23% à 11,02 dollars en réaction à un relèvement de recommandation remarqué de Morgan Stanley. L’analyste Adam Jonas, qui était à “sous-pondérer” sur la valeur depuis 2014, conseille désormais de la surpondérer et il a relevé d’un tiers son objectif de cours, à 15 dollars.

L’activité a été plus calme sur le marché des changes, où l’indice dollar s’est octroyé 0,10% tandis que l’euro/dollar refluait de 0,19% à 1,2366.

Les cours du brut ont de leur côté fini en légère hausse après avoir auparavant cédé du terrain, dans un marché dépourvu d’orientation. (Avec Sruthi Shankar à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below