March 1, 2018 / 11:01 AM / 5 months ago

RESUME DE L'ACTUALITE A 11H00 GMT (01/03)

WASHINGTON - Donald Trump s’est dit prêt à envisager diverses restrictions concernant l’utilisation des armes à feu et a demandé au législateur de voir grand pour empêcher de nouveaux massacres dans les établissements scolaires aux Etats-Unis.

La tuerie qui a fait 17 morts dans un lycée de Parkland en Floride le 14 février dernier a causé un vif émoi dans le pays et relancé le débat sur le contrôle des armes à feu, qui sont en vente libre en vertu du Deuxième amendement de la Constitution. Le lycée a rouvert ses portes mercredi.

Ce même jour, 17 sénateurs et représentants démocrates et républicains étaient invités à la Maison blanche pour la quatrième discussion sur les armes organisée par Donald Trump en une semaine.

Lors de cette discussion à bâtons rompus, le président américain a dit vouloir aller au-delà d’une loi centrée sur le renforcement du contrôle des antécédents d’acquéreurs d’armes à feu soutenue par une bonne partie des républicains de son camp.

Il a dit souhaiter établir à la place un plan d’ensemble, même si ce plan comprend des mesures auxquelles s’oppose le puissant lobby des armes à feu, la National Rifle Association. La NRA avait soutenu la candidature de Trump à l’élection présidentielle en 2016.

—-

BEYROUTH - Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés ont gagné du terrain dans la Ghouta orientale, enclave rebelle à l’est de Damas, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), malgré la trêve demandée par Moscou.

La Russie a ordonné une “pause humanitaire” quotidienne, censée tenir entre 09h00 et 14h00 (07h00 GMT à 14h00 GMT) pour permettre aux populations civiles de quitter la zone.

Mais d’après le gouvernement de Damas et l’armée russe, les rebelles ont pilonné le corridor qui devait permettre aux civils de quitter le réduit, où vivent 400.000 personnes.

Le corridor était à nouveau ouvert aujourd’hui, a-t-on appris auprès de l’armée syrienne. Mais d’après la télévision officielle, aucun civil n’a quitté l’enclave.

—-

BRUXELLES- La sortie du Royaume-Uni de l’union douanière et du marché unique lors du Brexit signifierait le retour d’une “frontière dure” entre l’Irlande du nord et la République d’Irlande, prévient le président du Conseil européen Donald Tusk.

Le négociateur en chef de l’Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a présenté mercredi à Bruxelles une ébauche juridique de l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE, que Londres a aussitôt rejetée.

Parmi les mesures proposées, il est prévu que l’Irlande du Nord, future seule frontière terrestre entre le Royaume-Uni et l’UE après mars 2019, restera au pire des cas alignée sur les règles du marché unique et de l’union douanière.

S’exprimant lors d’une conférence de Business Europe à Bruxelles, Donald Tusk a déclaré que cette proposition était la meilleure option pour éviter les tensions, mais que l’UE était à l’écoute si Londres avait une meilleure proposition.

—-

ROME - Le Mouvement 5 Etoiles (M5S) italien a envoyé au président Sergio Mattarella la liste de ses futurs ministres au cas où il serait chargé de former le gouvernement à l’issue des élections législatives de dimanche.

En tant que parti, le M5S est donné en tête des intentions de vote, avec 28% des voix, mais il est peu probable qu’il puisse gouverner car il refuse de s’allier à d’autres formations.

La coalition de droite, qui rassemble quatre partis, obtiendrait selon les derniers sondages entre 35 et 38% des suffrages.

Le dirigeant du M5S, Luigi Di Maio, n’en a pas moins envoyé au président de la République la liste de son éventuel gouvernement, “par souci de transparence”, a-t-il dit.

—-

PARIS - La ministre des Transports a entamé la concertation sur la réforme de la SNCF avec les syndicats de cheminots, qui laissent planer la menace d’un conflit dur face à la “détermination” d’Emmanuel Macron à boucler ce dossier miné d’ici l’été.

Les fédérations CGT, Unsa, Sud et CFDT ont décidé mardi d’attendre le 15 mars pour se prononcer sur l’opportunité d’une grève unitaire afin de dénoncer le “passage en force” du gouvernement, qui n’exclut pas de recourir aux ordonnances comme pour la loi Travail.

Premier syndicat reçu jeudi matin par Elisabeth Borne, la CGT-cheminots, a campé sur cette position.

La fédération “reste sur la logique d’une possible mobilisation des cheminots” le 15 mars, déclaré son secrétaire général Laurent Brun à la presse à l’issue de près de deux heures de discussions.

—-

PARIS - L’économie française a connu en 2017 son meilleur cru depuis six ans, avec une croissance que l’Insee a révisée à 2,0% malgré un ralentissement de la consommation des ménages sur la fin de l’année qui s’est accentué début 2018.

Cette hausse, que l’institut avait annoncée à 1,9% dans sa première estimation fin janvier, marque un net changement de rythme après trois années poussives où le PIB n’avait progressé que de 1,0% (2014 et 2015) puis de 1,1% (2016).

La France n’avait pas connu une année aussi vigoureuse depuis le rebond d’après-crise, sans lendemain, de 2011 (+2,1%).

L’accélération de 2017 est due à une demande intérieure solide des entreprises et des ménages.

—-

PARIS - Les immatriculations de voitures neuves en France ont augmenté de 4,34% en février en données brutes par rapport au même mois de 2017, a annoncé aujourd’hui le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

En février, les immatriculations de PSA ont bondi de 23,37% grâce à un bonne tenue de la marque Peugeot, tandis que celles du groupe Renault ont enregistré une petite hausse de 0,86%, la bonne tenue de Dacia (+8%) étant quasi effacée par la baisse de 1,32% de la marque Renault proprement dite. Le groupe Nissan accuse quant à lui un recul de 2,86%.

Le marché automobile français a joui l’an dernier d’une croissance de 4,74%. Cette année, le marché devrait connaître une nouvelle année de croissance, mais à un rythme moins rapide.

—-

PARIS - La prudence était encore de mise jeudi sur une grande partie de la France, du Sud-Est à la Bretagne en passant par l’Ile-de-France, en raison d’intempéries hivernales qui ont provoqué par endroits des difficultés sur la route.

Dans la matinée, une quarantaine de départements étaient encore placés en état en vigilance accrue par Météo France en raison de la neige et du verglas, avant un redoux prévu dans la journée.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below