February 27, 2018 / 7:38 AM / 5 months ago

France-Pas de reprise de la dette de la SNCF sans réforme-Le Maire

PARIS, 27 février (Reuters) - L’éventuelle reprise par l’Etat de la dette de la SNCF sera conditionnée à la mise en oeuvre de la réforme de l’entreprise, a déclaré mardi le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire.

“La priorité c’est de transformer la SNCF (...) et au bout du compte, à la fin de cette transformation, nous pourrons envisager que l’Etat reprenne la dette de la SNCF”, a dit Bruno Le Maire sur France 2, au lendemain de la présentation des grandes lignes de la réforme de la SNCF par le Premier ministre Edouard Philippe.

“La reprise de la dette de la SNCF par l’Etat, (...) ça doit être un point d’aboutissement, pas le point de départ de la transformation”, a-t-il ajouté sans répondre aux questions sur l’étendue de cette reprise, partielle ou totale.

Ce n’est qu’à l’issue de la réforme, lorsque le statut des cheminots aura été transformé et que la SNCF aura renoué avec les bénéfices que la reprise de sa dette pourra être envisagée, a précisé Bruno Le Maire. Il a confirmé que cela pourrait se faire “d’ici la fin du quinquennat”, comme annoncé lundi par Edouard Philippe.

Faute de réforme, “on va droit dans le mur”, a-t-il dit, rappelant que la SNCF perd trois milliards d’euros chaque année.

Le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a fait le même constat sur RTL: “Le problème n’est pas le stock de dette, le problème c’est trois milliards produits chaque année”, a-t-il dit.

“Quand bien même nous inverserions la dette d’un coup de baguette magique, nous recréerons dans dix ans, dans 15 ans, dans 20 ans le même stock de dette si nous ne changeons pas profondément la SNCF”, a-t-il ajouté.

Pour Bruno Le Maire, “l’objectif (de la réforme proposée par le gouvernement), c’est justement que le contribuable ait moins à payer parce que la SNCF sera plus compétitive, parce qu’elle dégagera des marges de manoeuvre, parce qu’elle sera plus rentable”.

Face à la dette d’environ 46 milliards d’euros affichée par SNCF Réseau, Edouard Philippe a déclaré mardi que l’Etat prendrait “sa part de responsabilités avant la fin du quinquennat” pour assurer la viabilité du système ferroviaire, dans le cadre d’efforts “partagés” avec la SNCF.

Myriam Rivet, édité par Julie Carriat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below