February 19, 2018 / 7:45 AM / 2 months ago

La BCE suspend les paiements de la banque lettone ABLV

FRANCFORT, 19 février (Reuters) - La Banque centrale européenne a annoncé lundi avoir gelé les paiements de la banque lettone ABLV, dont la situation financière s’est brusquement détériorée après avoir été accusée par les Etats-Unis de violation des sanctions contre la Corée du Nord.

“Cela signifie qu’à titre temporaire, jusqu’à nouvel ordre, une interdiction de tous paiements par ABLV (...) a été imposée”, a déclaré la BCE dans un communiqué, en notant une “forte dégradation de la position financière” de la banque ces derniers jours.

Cette mesure intervient au lendemain de l’annonce du placement en garde en vue du gouverneur de la banque centrale de Lettonie, Ilmars Rimsevics, par les services de l’agence anti-corruption lettone.

Le département du Trésor américain a demandé mardi dernier des sanctions contre ABLV, la troisième banque lettone, en l’accusant de laisser des clients traiter avec la Corée du Nord au mépris des sanctions décrétées par les Nations unies.

“Parmi les activités financières illicites de la banque figurent des transactions pour des parties liées à des entités désignées par les Etats-Unis et l’Onu, dont certaines sont impliquées dans l’achat ou l’exportation de missiles balistiques”, a déclaré le FinCEN, le Réseau de surveillance contre les délits financiers (Financial Crimes Enforcement Network) rattaché au département du Trésor.

“ABLV a institutionnalisé le blanchiment d’argent et en a fait un des piliers de son activité”, a-t-il ajouté, accusant la banque de corrompre des responsables lettons pour qu’ils ferment les yeux.

La banque avait rejeté ces accusations la semaine dernière en affirmant qu’elles étaient sans fondement et trompeuses.

Les services du Premier ministre, en annonçant dimanche l’interpellation du gouverneur de la Banque de Lettonie, n’en ont pas précisé les motifs, assurant seulement que le système financier n’était pas menacé.

Ilmars Rimsevics a été placé en garde à vue samedi soir après s’être rendu à une convocation des services anti-corruption, qui avaient auparavant perquisitionné son domicile et ses bureaux.

La ministre des Finances Dana Reizniece-Ozola a demandé sa démission pour protéger la réputation de la Lettonie, ex-République soviétique qui a obtenu son indépendance en 1991 et a rejoint la zone euro en janvier 2014. (Balazs Koranyi, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below