February 14, 2018 / 4:04 PM / 7 months ago

LEAD 1-USA-L'inflation accélère en janvier, les ventes de détail baissent

* Hausse de 0,5% des prix à la consommation en janvier

* L’inflation “core” à son plus haut niveau depuis un an

* Baisse inattendue des ventes de détail en janvier

* Le Dow Jones en légère hausse après un recul initial

* Le rendement du 10 ans US se hisse près de son pic de lundi (Actualisé avec détails par secteur, ventes de détail, marchés)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 14 février (Reuters) - La hausse des prix a été plus forte que prévu en janvier aux Etats-Unis, avec une inflation sous-jacente à son plus haut niveau depuis un an, renforçant les perspectives de pressions accrues sur les prix cette année qui pourraient accélérer le rythme de hausse des taux de la Réserve fédérale.

Les craintes d’une accélération de l’inflation qui conduirait les banques centrales à durcir leurs politiques monétaires ont récemment propulsé les rendements des obligations du Trésor US à un pic de quatre ans et déclenché une correction sur les marchés d’actions des deux côtés de l’Atlantique.

Les intervenants craignent que la Fed, qui anticipe actuellement trois relèvements de taux cette année avec une première hausse attendue en mars, décide d’être plus agressive.

Le département du Travail a annoncé mercredi que l’indice global des prix à la consommation avait augmenté de 0,5% sur un mois, contre 0,2% en décembre. Sur un an, la hausse du CPI est inchangée par rapport au mois de décembre, à 2,1%, compte tenu d’une base de comparaison de l’an dernier moins favorable.

Les économistes s’attendaient à des hausses moins fortes pour le mois de janvier, de 0,3% sur un mois et 1,9% sur un an.

L’indice des prix à la consommation hors alimentation et l’énergie, ou CPI “core”, a augmenté de 0,3% en janvier, sa plus forte hausse depuis janvier 2017.

Cette progression fait suite à un gain de 0,2% en décembre.

Sur un an, le CPI “core” a augmenté de 1,8% le mois dernier, là aussi à un rythme inchangé par rapport au mois de décembre.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à des hausses de 0,2% sur un mois et 1,7% sur un an.

L’indice CPI core est considéré comme étant un meilleur indicateur de la tendance de fond des prix. La banque centrale américaine suit un autre indice - celui des prix des dépenses de consommation hors alimentation et énergie (“core PCE”) - qui est resté systématiquement sous son objectif de 2% depuis mi-2012.

Les bases de comparaisons devraient redevenir favorables à partir du mois de mars, ce qui devrait, selon les économistes, permettre à l’inflation sur un an de s’accélérer également.

RÉACTION HÉSITANTE À WALL STREET

Ces chiffres supérieurs aux attentes n’ont que brièvement pesé sur la tendance à Wall Street, alors que l’annonce le 2 février d’une accélération de la croissance des salaires à son rythme le plus soutenu depuis juin 2009 avait provoqué une correction brutale sur les marchés d’actions.

“Je ne suis par sûr que ce chiffre soit tellement significatif. La hausse de 2,1% de l’inflation sur un an est un peu meilleure que prévu, elle dépasse légèrement le consensus mais pas énormément. Cela montre que le marché d’actions est encore nerveux sur la question de l’inflation et tout ce qui cristallise cette peur crée de la volatilité”, dit Jason Ware, responsable de l’investissement chez Albion Financial.

Parallèlement, les ventes au détail ont baissé de manière inattendue le mois dernier, accusant leur plus net repli en près d’un an, les ménages américains ayant réduit leurs achats de voitures et de matériaux de construction.

“Les ventes de détail ont réellement déçu. Elles ont empêché le dollar de s’envoler après le chiffre de l’inflation. Les ménages doivent pouvoir consommer pour que l’économie croisse et il semble que ce n’est pas le cas”, dit Juan Perez, responsable de la stratégie et trader chez Tempus.

Mais hors automobiles, carburants, matériaux de construction et services alimentaires, les ventes au détail sont demeurées inchangées, après une hausse de 0,2% en décembre. Cet indice “core” est plus proche de la composante des dépenses de consommation qui entre dans le calcul du PIB américain.

Quant aux pressions inflationnistes, elles ont été entretenues par le prix de l’essence qui a rebondi de 5,7% avec les cours du brut face à une forte demande et un dollar faible.

Les prix alimentaires ont augmenté de leur côté de 0,2% en janvier, reflet probable de la dépréciation du billet vert.

Le CPI core a été soutenu par une croissance de 0,3% des loyers, au même rythme qu’en décembre.

Les frais de santé ont connu de leur côté leur plus forte hausse en trois ans, alors que les tarifs dans le secteur du transport aérien ont baissé pour le troisième mois d’affilée et que les prix des véhicules neufs ont légèrement diminué.

Tableau de l’inflation

Tableau des ventes au détail (Lucia Mutikani, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below