February 14, 2018 / 8:23 AM / 2 months ago

LEAD 2-Credit Suisse-Perte annuelle pour cause de réforme fiscale US

(Actualisé ave commentaire du DG, réaction de marché)

par Brenna Hughes Neghaiwi

ZURICH, 14 février (Reuters) - Credit Suisse s’est montré optimiste mercredi pour cette dernière année du plan de redressement mis en place par son directeur général, Tidjane Thiam, et espère dégager un bénéfice après trois années consécutives des pertes.

Thiam, qui dirige la deuxième banque suisse depuis près de trois ans, a réduit la voilure de la banque d’investissement au profit de la banque privée, moins gourmande en capital.

Mais l’annonce la semaine passée de l’arrêt des transactions sur l’ETN VelocityShares, un produit financier lié à la volatilité des marchés boursiers, dont elle détient 32%, et deux procès récents aux Etats-Unis avant que Thiam prenne ses fonctions puis juste après ont soulevé des doutes quant au bien-fondé de cette stratégie d’évitement du risque.

La banque a également annoncé mercredi une enquête sur ses pratiques d’embauche dans la région Asie-Pacifique.

Ces problèmes, associés aux pressions des investisseurs activistes, fragilisent les ambitions de Credit Suisse de devenir la première banque pour la gestion de fortune des ultra-riches.

Credit Suisse a néanmoins enregistré une croissance plus forte de son activité de gestion de fortune que sa compatriote UBS, le montant de ses actifs sous gestion ayant atteint 772 milliards de francs suisses (668,3 milliards d’euros) l’an dernier, avec des souscriptions nettes sur l’année en hausse de plus du quart à 37,2 milliards de francs.

RISQUE DE VOLATILITÉ

Nidjane Thiam a été positif en ce qui concerne l’activité de la banque sur les premières semaines de 2018.

“Nous en sommes à un demi-trimestre à ce jour et les indications sont très positives”, a-t-il dit. “Nous sommes assez prudents sur les chiffres que nous donnons ici, car les marchés peuvent bouger, mais la performance jusqu’ici a été très bonne.”

Sur les six premières semaines de l’année, la banque a enregistré une hausse de 10% du revenu de son activité de trading sur les marchés mondiaux et de 15% de son activité de trading sur la seule région Asie-Pacifique, une envolée de la volatilité sur les marchés ayant dopé son activité.

Le titre Credit Suisse a fini en hausse de 3,79% à 17,115 francs suisses à la Bourse de Zurich.

“2018 devrait être l’année où Credit Suisse va dégager les bénéfices de son programme de restructuration à grande échelle”, écrit l’analyste de Baader Helvea Tomasz Grzelak dans une note.

La banque a toutefois observé que la volatilité - qui l’a forcée la semaine dernière à arrêter les transactions sur l’ETN VelocityShares - était une arme à double tranchant. Beaucoup de ses clients pourraient développer une aversion au risque de trading et éviter de participer aux introductions en Bourse.

“Au cours des six premières semaines de 2018, nous avons assisté à une hausse significative de la volatilité sur les marchés, qui a eu d’une part un impact positif sur nos activités secondaires et d’autre part des influences négatives sur nos transactions primaires, les clients préférant attendre l’accalmie sur les marchés avant d’effectuer leurs transactions”, dit-elle dans son communiqué.

“Dans cette période de volatilité élevée, nous demeurons prudents à court terme”.

Credit Suisse a dégagé en 2017 une perte de 983 millions de francs suisses, en raison d’une charge de dépréciation de 2,3 milliards de francs liée à la réforme fiscale américaine.

Toutefois, cette perte annuelle est inférieure au consensus des analystes qui la donnait à 1,1 milliard de francs, en raison des charges attachées à la réforme fiscale de Donald Trump.

Son bénéfice imposable, de 1,793 milliard de francs, est à peu près conforme au consensus (1,803 milliard).

“Les résultats que nous avons obtenus en 2017 montrent que notre stratégie fonctionne. En 2018, dernière année de notre plan de restructuration, nous continuerons d’exécuter notre stratégie de manière rigoureuse et de générer de la valeur pour nos clients et actionnaires”, a dit Thiam dans un communiqué.

La banque suisse propose un dividende de 0,25 franc par action après 0,70 franc au titre de 2016. Le consensus le donnait à 0,28 franc. (Brenna Hughes Neghaiwi, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below