February 12, 2018 / 2:15 PM / 7 months ago

LEAD 1-Thales optimiste pour la croissance de sa division cybersécurité

(Actualisé avec déclarations de Laurent Maury, contexte, cours de Bourse)

PARIS, 12 février (Reuters) - La division cybersécurité de Thales a vu son chiffre d’affaires bondir de 28,5% en 2017 et elle devrait continuer à enregistrer une forte croissance de ses ventes dans les années à venir, a déclaré lundi Laurent Maury, le vice-président de l’équipementier aéronautique français chargé de cette division.

Il a précisé que celle-ci avait généré l’an dernier un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros en 2017 contre 700 millions en 2016, ajoutant anticiper une hausse annuelle de quelque 10% des ventes de la division dans les années à venir.

Des piratages informatiques de grande ampleur survenus ces dernières années ont conduit les Etats et les entreprises à fortement augmenter leurs dépenses en matière de cybersécurité.

“En réalité, nous ne sommes qu’à l’aube d’un monde où de tels risques se font jour (...) chaque interconnexion supplémentaire représente une vulnérabilité potentielle”, a dit à des journalistes Laurent Maury.

Selon un rapport publié en décembre par le cabinet Gartner, les dépenses de sécurité des entreprises à travers le monde devraient atteindre 96,3 milliards de dollars (78,5 milliards) cette année, soit une progression de 8% par rapport à 2017.

Thales, qui publiera ses résultats 2017 le 3 mars, s’est fortement développé dans la cybersécurité depuis quelque temps, une évolution qui a pris de l’ampleur en 2016 avec le rachat pour 375 millions d’euros de Vormetric, un prestataire de services de protection des données.

Selon Laurent Maury, c’est cette acquisition qui a permis à Thales de décrocher auprès de BNP Paribas, la première banque française, un contrat portant sur la protection des données.

A la fin de 2017, le groupe a proposé 4,8 milliards d’euros pour prendre le contrôle de Gemalto, spécialiste de la sécurité numérique, damant ainsi le pion à la SSII Atos .

Ce rachat, qui devrait être finalisé au second semestre de l’année, permettra à Thales de devenir le numéro deux mondial de la cybersécurité avec 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros) juste derrière l’américain Symantec.

Vers 15h10, le titre Thales perd 0,77% à 87,62 euros, évoluant à contre-courant de la Bourse de Paris, accusant ainsi un repli de 2,4% depuis le début de l’année contre un repli de 3% du SBF 120 sur la période.

Mathieu Rosemain, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below