February 7, 2018 / 11:57 AM / 2 months ago

LEAD 2-L'Île-de-France engourdie par le froid et la neige

* Des perturbations dans les transports

* “Amateurisme” du gouvernement, critique la droite

* L’exécutif dit avoir anticipé la situation

* A Paris, le manteau a fondu (Actualisé avec éléments supplémentaires, §§ 2 et dernier)

PARIS, 7 février (Reuters) - La neige a provoqué mercredi des désagréments pour des milliers de voyageurs dans les trains, sur les routes et dans les aéroports du nord de la France, particulièrement en région parisienne qui s’est réveillée avec une couche blanche de plus de dix centimètres d’épaisseur par endroits.

Les chutes de neige ont cessé dans la journée et, dans la capitale, le manteau fondait progressivement après avoir temporairement redessiné le paysage.

En fin d’après-midi, seuls les huit départements d’Île-de-France étaient maintenus en vigilance orange par Météo-France, mais seulement en raison des risques de verglas sur les routes.

Le gouvernement s’est défendu de tout manque d’anticipation, tout en précisant par la voix de son porte-parole Benjamin Griveaux, invité de RTL, que des conséquences seraient “tirées”.

“On fait face à un phénomène météo exceptionnel”, a déclaré à la presse la ministre des Transports, Elisabeth Borne. “Cette situation avait été anticipée hier, où les services de l’Etat ont été pleinement mobilisés, avec notamment l’intervention du salage toute la journée d’hier.”

“Malheureusement, compte tenu de l’importance des chutes de neige dans la soirée hier, le salage n’a pas permis d’éviter difficultés”, a-t-elle ajouté.

De 1.500 à 2.000 véhicules ont ainsi été bloqués toute la nuit de mardi à mercredi sur la nationale 118, au sud-ouest de la capitale, un axe très fréquenté par les Franciliens de retour de leur travail.

USINES DE PSA ET RENAULT À L’ARRÊT

Le porte-parole des Républicains (LR) Gilles Platret a fustigé dans un communiqué un “amateurisme” et un “manque total d’anticipation” alors même que, selon lui, “les moyens techniques existent”.

La préfecture a de nouveau demandé aux automobilistes de ne pas prendre leur véhicule, au lendemain du déclenchement du niveau trois du plan “neige verglas” impliquant l’interdiction de circuler pour les poids lourds de plus de 7,5 tonnes.

Les usagers des transports en commun ont également subi des perturbations, notamment sur les lignes de trains de banlieue et de bus, de même que les passagers censés décoller ou atterrir à Orly et Roissy Charles-de-Gaulle.

Dans les Yvelines, l’usine PSA de Poissy et l’usine Renault de Flins étaient à l’arrêt mercredi matin en raison de l’interdiction faite aux poids lourds de circuler, et de la difficultés pour les salariés de se rendre sur leur lieu de travail, a-t-on appris auprès des deux groupes.

Un porte-parole de Renault a précisé que les intempéries n’avaient pour le moment aucune répercussion sur les livraisons aux clients.

La météo a également une incidence sur les mouvements sociaux : Force Ouvrière, qui avait appelé à manifester jeudi devant le siège de Carrefour, a repoussé sa mobilisation au 1er mars et la Fédération CGT des cheminots a annoncé le report d’une manifestation nationale initialement prévue jeudi. (Simon Carraud, Sophie Louet et Gilles Guillaume, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below