January 25, 2018 / 4:55 PM / a year ago

CDU-CSU et SPD préparent leurs négociations, l'immigration divise

par Michelle Martin

BERLIN, 25 janvier (Reuters) - De hautes responsables du bloc conservateur allemand CDU-CSU ont exclu jeudi toute concession sur l’immigration à la veille de l’ouverture des négociations formelles avec les sociaux-démocrates du SPD sur la constitution d’un nouveau gouvernement de grande coalition.

Réunis dimanche dernier en congrès extraordinaire à Bonn, les délégués du SPD ont péniblement entériné par 362 voix contre 279 la ligne défendue par Martin Schulz et approuvé l’ouverture de ces discussions qui débuteront vendredi à 08h00 GMT.

Mais cette décision est fortement contestée en interne, notamment par les jeunes militants, les “Jusos”, qui estiment que le parti de centre gauche devrait rester dans l’opposition pour se réinventer après avoir subi en septembre son plus mauvais résultat électoral de l’après-guerre (20,5% des voix).

Le SPD a déjà gouverné avec la CDU-CSU, sous la direction d’Angela Merkel, de 2005 à 2009 et de 2013 à 2017.

L’immigration s’annonce comme un dossier épineux des négociations à venir, entre la ligne dure défendue par l’aile droite des conservateurs qui craint de perdre des voix au profit du parti anti-immigration Alternative pour l’Allemagne (AfD) et le SPD, favorable à un accueil plus généreux des migrants.

La députée chrétienne-démocrate (CDU) Julia Klöckner a jugé crucial de maintenir le plafond de 180.000 à 220.000 réfugiés par an que les trois partis ont convenu de fixer aux termes d’un premier accord préparatoire conclu le 12 janvier.

“Nous ne voulons pas davantage d’immigration et certainement pas une immigration sans contrôle. Les Jusos ne doivent pas accepter cela”, a-t-elle dit au magazine Focus.

UN GOUVERNEMENT D’ICI PÂQUES ?

Dorothee Bär, vice-présidente de la CSU (Union chrétienne-sociale), alliée bavaroise de la CDU, a affirmé que son parti ne ferait aucune concession sur la question du regroupement familial, estimant que le sujet avait été clos lors des discussions exploratoires.

“Nous n’allons pas rouvrir des dossiers déjà négociés”, a-t-elle dit sur l’antenne de la chaîne ARD.

L’accord provisoire prévoit que le nombre de personnes autorisées à rejoindre leurs familles réfugiées en Allemagne sera limité à 1.000 par mois, mais le SPD veut y ajouter une clause pour augmenter ce plafond dans les situations de souffrance.

Les trois partis allemands espèrent conclure leurs négociations avant la saison des carnavals qui débute le 8 février en Allemagne, avec l’objectif de mettre en place un gouvernement d’ici Pâques.

Tout accord de coalition devra cependant être soumis à l’approbation des 443.000 adhérents du SPD, qui s’est réuni jeudi pour préparer les négociations.

Kevin Kühnert, le chef des Jusos qui mène la fronde contre une nouvelle “GroKo” (grande coalition), a déclaré à la chaîne n-tv que les sociaux-démocrates avaient vécu des “expériences extrêmement mauvaises avec les conservateurs”.

Certains projets annoncés dans l’accord préparatoire figuraient déjà dans l’accord de coalition de 2013 et n’ont jamais été mis en oeuvre, a-t-il notamment souligné. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below