January 25, 2018 / 4:05 PM / 3 months ago

3 QUESTIONS À SwissLife AM-Pour Draghi (BCE), l'euro n'est pas un sujet

PARIS, 25 janvier (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, ne pouvait pas être plus indifférent au niveau de l’euro qu’il ne l’a été jeudi lors de sa conférence de presse, observe Eric Bourguignon, directeur général délégué chez Swiss Life Asset Management:

1/ Que faut-il retenir des annonces de la BCE ?

Eric Bourguignon - “Il n’y a eu aucun changement concernant la politique de la BCE sur ses taux d’intérêt et ses achats d’actifs. Aucune précision n’a été donnée non plus sur la fin du programme d’assouplissement monétaire (QE), ce qui n’a pas surpris le marché, qui attend plutôt des annonces lors de la réunion du mois de mars. Par contre, beaucoup d’observateurs pensaient que la BCE se montrerait plus préoccupée par les tensions sur l’euro. Mario Draghi a clairement minimisé ce point. Il a évoqué un problème lié à la volatilité des changes, sous-entendu ‘le niveau de l’euro n’est pas le sujet’. Il ne pouvait pas être plus indifférent à l’euro qu’il ne l’a été”.

2/ Comment expliquer cette indifférence de Mario Draghi à l’euro ?

Eric Bourguignon - “Pour Mario Draghi, la vigueur de l’euro est liée à la vigueur de l’économie européenne. C’est un phénomène en quelque sorte naturel. Tant que le niveau de l’euro ne remet pas en cause l’objectif d’inflation de la BCE, il considère que ce n’est pas un sujet pour la banque centrale. Sur les marchés, les intervenants ont jugé que puisque l’euro n’était pas un problème, il n’y avait pas de raison pour qu’il baisse. Les taux sont également remontés car cela laisse la porte ouverte à un resserrement de la politique monétaire de la BCE. Le mouvement de hausse sur l’euro et sur les taux s’est toutefois quelque peu atténué lorsque Mario Draghi a indiqué qu’il n’y aurait pas de hausse des taux cette année. Avant la conférence, le marché jugeait probable à 40% une hausse des taux en 2018. Mario Draghi a fortement minimisé cette possibilité.”

3/ A plus de 1,25 dollar, le niveau de l’euro est-t-il problématique ?

Eric Bourguignon - “Il n’y a pas péril dans la demeure mais il ne faudrait pas que ça aille beaucoup plus loin. Je pense, comme Mario Draghi, que le renchérissement de l’euro est lié à la vigueur de la reprise économique. En revanche, il ne faudrait pas que l’on soit la seule région à laisser flotter librement sa monnaie dans le cas d’une éventuelle guerre des changes, comme celle qui s’est produite en 2014.”

VOIR AUSSI :

La BCE pointe du doigt les USA sur les taux de change

La BCE maintient sa politique et son discours sur le QE

Principaux extraits de la conférence de Mario Draghi

Propos recueillis par Blandine Hénault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below