January 16, 2018 / 1:58 PM / 10 months ago

RPT LEAD 2-Citi-Charge de $22 mds, le BPA ajusté dépasse le consensus

(Suppression de la mention du taux de l’IS ramené de 30% à 25%)

16 janvier (Reuters) - Citigroup a annoncé mardi un bénéfice trimestriel ajusté supérieur aux attentes, le crédit à la consommation ayant compensé la baisse des revenus de trading dans l’obligataire et les changes.

La banque a enregistré une charge exceptionnelle de 22 milliards de dollars (18 milliards d’euros) d’ordre fiscal qui a débouché sur une perte nette de 18,3 milliards de dollars au quatrième trimestre.

La charge ponctuelle se décompose en une dépréciation de 19 milliards de dollars sur des crédits d’impôt différés liés aux pertes accumulées durant la crise financière et à une charge de trois milliards de dollars tenant à la nouvelle imposition des bénéfices passés et non rapatriés.

Si le nouveau régime fiscal américain est censé apporter des avantages à long terme, il a obligé dans un premier temps plusieurs banques de Wall Street à inscrire une charge ponctuelle au dernier trimestre de l’année dernière.

JPMorgan Chase, la première banque américaine, a dit ainsi vendredi qu’elle avait inscrit une charge exceptionnelle de de 2,4 milliards de dollars, liée à la réforme fiscale adoptée en décembre par le Congrès américain.

L’action Citigroup gagnait 2,8% à 79 dollars en avant-Bourse, un pic depuis le 18 décembre 2008

La quatrième banque américaine par l’actif a dit qu’elle comptait bénéficier à l’avenir du nouvel impôt sur les sociétés (IS) mais les analystes de Wall Street pensent qu’elle risque précisément de moins en bénéficier que ses concurrentes car elle dégage la moitié environ de ses profits à l’étranger où le taux de l’IS est en général moins élevé.

En faisant abstraction de la charge fiscale exceptionnelle, la banque a dégagé un bénéfice net de 3,70 milliards de dollars contre 3,57 milliards un an auparavant, en hausse de 4% et donnant un bénéfice par action (BPA) de 1,28 dollar contre 1,14 un an auparavant. Hors charge fiscale, le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un BPA de 1,19 dollar.

Le produit net bancaire (PNB) a augmenté de 1,4% à 17,26 milliards de dollars, un peu plus que le consensus qui le donnait à 17,22 milliards.

Le revenu d’Institutional Clients Group, qui regroupe la banque d’investissement et le trading, s’est tassé de 1%, en raison d’une moindre volatilité du marché obligataire par rapport à l’an dernier, année électorale aux Etats-Unis.

Le revenu obligataire a chuté de 18% et celui du trading actions de 23% en raison de pertes sur dérivés de l’ordre de 130 millions de dollars liées à un client unique.

Le revenu du segment Global Consumer Banking, qui regroupe la banque de dépôt et les cartes de crédit, a lui augmenté de 5,6%, représentant près de la moitié du PNB. La croissance a été de 11% que ce soit en Asie ou en Amérique latine.

La charge fiscale exceptionnelle retranchera dans les six milliards de dollars au ratio de fonds propres CET 1 mais la banque compte toujours restituer aux actionnaires 60 milliards de dollars de capital au moins dans les trois ans. (Sweta Singh, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below