December 28, 2017 / 9:30 PM / 4 months ago

POINT MARCHÉS-Wall Street finit en légère hausse dans un marché creux

(Complété avec autres marchés)

* Le Dow a gagné 0,26%, le S&P-500 0,18%, le Nasdaq 0,16%

* Les financières et les techs soutiennent la cote

* Le secteur minier en vue avec le cuivre

* Le S&P en route pour sa meilleure performance depuis 2013

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK, 28 décembre (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère hausse jeudi dans de faibles volumes, soutenue par les valeurs financières et un léger rebond du secteur technologique.

L’indice Dow Jones a gagné 63,21 points, soit 0,26%, à 24.837,51 et le S&P-500, plus large, a pris 4,92 points ou 0,18% à 2.687,54 pour cette avant-dernière séance de 2017.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a avancé de son côté de 10,82 points (0,16%) à 6.950,16.

L’indice regroupant les valeurs technologiques, le plus performant des grands indices sectoriels S&P cette année avec un gain de plus de 37%, a timidement progressé (+0,10%) comme la veille après cinq séances consécutives de baisse.

Apple, qui avait décroché de 2,5% mardi avant de se stabiliser mercredi, a repris 0,28% et Amazon a progressé de 0,32%.

“Les techs ont eu une année énorme et la baisse des derniers jours tenait certainement à un peu de rééquilibrage et non à un changement de tendance”, commente Ed Keon, gérant chez QMA à Newark dans le New Jersey. “Il fera bon être investi encore dans les techs en 2018.”

Les volumes sont restés limités en cette période de trêve des confiseurs, avec 4,26 milliards d’actions échangées contre une moyenne de 6,6 milliards sur les 20 dernières séances pleines. Les trois séances de mardi, mercredi et jeudi ont été les moins actives de l’année à Wall Street.

Le compartiment des matériaux a surperformé avec les cours du pétrole proches de leurs plus hauts en deux ans et demi et le cuivre à un pic de quatre ans après un bond de 30% cette année.

Les valeurs exportatrices ont profité de leur côté du repli du dollar, tombé à un plus bas de quatre semaines face à un panier de devises au lendemain d’un vif recul du rendement des obligations d’Etat à 10 ans.

MEILLEUR CRU POUR LE S&P DEPUIS 2013

Le S&P, indice de référence de nombreux gérants américains, a pris 20% depuis le début de l’année, son meilleur cru depuis 2013, aidé par la croissance économique robuste et de solides résultats de sociétés.

Les professionnels voient cette tendance se poursuivre en 2018, grâce notamment à la réforme fiscale qui vient d’être votée aux Etats-Unis, mais à un rythme plus modéré.

“Les baisses d’impôts permettront d’accroître les bénéfices des entreprises mais cela est maintenant intégré dans les estimations”, explique Brant Houston, directeur général de CIBC Atlantic Trust Private Wealth Management, dans le Colorado.

Dix des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini en hausse, avec en tête les télécoms (+0,51%), tandis que les biens de consommation de base ont accusé la seule baisse (-0,19%).

Les financières ont progressé de 0,41% avec notamment des hausses de JPMorgan, Wells Fargo et Berkshire Hathaway.

Le compartiment des matériaux s’est octroyé 0,39% sous l’impulsion du groupe minier Freeport-McMoRan, qui s’est adjugé 3,10%.

Parmi les valeurs de second rang, Live Ventures, propriétaire de la firme de solutions de marketing pour internet LiveDeal, a bondi de 50,60% à 19,97 dollars après avoir annoncé des résultats meilleurs que prévu.

LE DOLLAR À UN CREUX D’UN MOIS

Si les Bourses européennes ont fini en repli pour la plupart, la hausse des métaux industriels a contribué à propulser l’indice MSCI monde à un nouveau record de 513,66 points, en hausse de quelque 0,2% sur la journée.

Cet indice qui couvre 47 pays affiche pour cette année un rendement de plus de 24%, dividendes compris, et semble bien parti pour signer en décembre un 14e mois consécutif de hausse, un record.

Sur le marché des changes, le dollar a cédé 0,45% face à l’euro après un plus bas d’un mois à 1,5959, portant son recul à 13,6% depuis le début de l’année, soit sa plus mauvaise performance depuis 2003.

L’indice qui mesure sa valeur face à un panier de devises a cédé 0,4% à 92,66, après avoir touché un plus bas depuis le 27 novembre de 92,57.

L’indice dollar avait atteint un pic de 14 ans en début d’année avec l’arrivée à la Maison blanche de Donald Trump, dans l’espoir d’une politique pro-inflation et pro-croissance aux Etats-Unis, mais il a finalement perdu 9% en 2017, le nouveau président n’ayant pu à ce stade mettre en oeuvre une partie de ses promesses, notamment dans les dépenses d’infrastructures, et les cambistes doutant d’un effet tangible des baisses d’impôts sur la consommation des ménages.

Le début de normalisation monétaire dans d’autres pays que les Etats-Unis, avec l’Angleterre qui a commencé à relever ses taux et la Banque centrale européenne moins généreuse dans ses rachats d’actifs, réduit en outre l’attractivité du dollar.

Du côté des fonds d’Etat, le rendement des Treasuries à 10 ans est remonté à 2,436% après sa chute de mercredi à 2,407%, sur fond d’habillages de bilans de fin d’année dans des volumes là encore très faibles. Le marché obligataire fermera à 14h00 heure locale vendredi (19h00) et, comme Wall Street, sera au repos lundi pour le Nouvel An. (avec Sruthi Shankar à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below