December 14, 2017 / 9:57 PM / 6 months ago

RPT-L'impact des ouragans amplifié par le dérèglement climatique

par Sebastien Malo

NEW YORK, 14 décembre (Fondation Thomson Reuters) - Une étude menée par un groupe de scientifiques mondiaux, parue cette semaine, montre l’impact du réchauffement climatique sur les ouragans dont les précipitations sont plus importantes qu’auparavant, à l’image d’Harvey qui a frappé le sud des Etats-Unis au mois d’août.

Les précipitations exceptionnelles de l’ouragan Harvey ont provoqué des inondations catastrophiques cet été dans les Etats du Texas et de la Louisiane où près de 127 centimètres d’eau se sont abattus dans certaines zones, selon une étude menée par le “World Weather Attribution” qui regroupe des chercheurs américains, australiens et européens.

Ces experts, dont certains sont aussi des météorologues attachés aux Nations unies, ont établi que ces pluies diluviennes étaient en partie liées aux changements climatiques.

La communauté scientifique s’accorde à dire que le réchauffement climatique alimente les chutes de pluie du fait de l’humidité contenue dans l’air chaud.

Les chutes de pluie près du golfe du Mexique étaient 15% plus élevées en raison des changements climatiques et sont désormais trois fois plus fréquentes dans la région qu’il y a un siècle, selon cette étude.

Harvey, qui a touché terre le 25 août avant de s’attarder sur les côtes américaines pendant plusieurs jours, est l’ouragan le plus puissant à avoir frappé le Texas depuis 50 ans.

Il a fait plus de 80 morts et provoqué à Houston, quatrième plus grande agglomération des Etats-Unis, des dégâts estimés à plus de 198 milliards de dollars (plus de 167 milliards d’euros).

“Cette étude montre clairement que les chutes de pluies extrêmes le long du golfe du Mexique sont en augmentation”, écrivent les scientifiques.

Avec le réchauffement climatique, un ouragan d’une telle ampleur pourrait se reproduire environ une fois tous les 100 ans, contre une fois tous les 160 ans sans le réchauffement climatique, a déclaré à la Fondation Thomson Reuters le principal auteur de l’étude, Geert Jan van Oldenborgh, chercheur à l’Institut météorologique néerlandais.

Les chercheurs ont mesuré l’impact des changements climatiques grâce à un programme informatique se servant des données météorologiques acquises au fil du temps pour simuler différents scénarios - l’un avec les changements climatiques, l’autre sans.

L’évolution des phénomènes climatiques doit être prise en compte lors de la construction ou la reconstruction d’infrastructures, note Antonia Sebastian, chercheuse à l’université de Houston et co-auteure de l’étude.

Plus de 190 pays ont signé lors de la COP 21 à Paris en 2015 un accord sur le climat visant notamment à réduire l’utilisation d’énergies combustibles.

Douze engagements, déclinés en près de 30 projets, ont été pris mardi à nouveau à Paris lors du sommet sur le climat organisé en présence d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement.

Le président américain Donald Trump n'a pas pris part à ce sommet après avoir annoncé en juin le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris. (Jean Terzian pour le service français; Thomson Reuters Foundation est la fondation caritative de Thomson Reuters dédiée à la couverture des sujets humanitaires et liés aux droits des femmes, à la lutte contre la corruption et au changement climatique. www.trust.org)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below