December 14, 2017 / 9:27 PM / a year ago

POINT MARCHÉS-Wall Street finit en baisse, doutes sur la réforme fiscale

(Actualisé avec volumes, autres marchés)

* Le Dow a perdu 0,31%, le S&P-500 0,41%, le Nasdaq 0,28%

* La réforme fiscale de nouveau en suspens

* L’abrogation de la neutralité du net pèse sur les techs

* La consommation non essentielle surnage grâce à Disney/Fox

* L’incertitude fiscale affecte aussi le dollar

par Sinead Carew et Rodrigo Campos

NEW YORK, 14 décembre (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi, l’adoption par le Congrès d’un projet de réforme fiscale semblant de nouveau en suspens après les réserves exprimées par deux sénateurs républicains qui demandent une modification du texte de loi.

L’indice Dow Jones, qui restait sur cinq séances de hausse, a cédé 76,77 points ou 0,31% à 24.508,66, terminant à son plus bas niveau du jour après être monté auparavant jusqu’à 24.672 points.

Le S&P-500 plus large a lui aussi fini à son plus bas du jour en cédant 10,84 points à 2.652,01, soit un recul de 0,41% qui est son plus important depuis le 15 novembre.

Le Nasdaq Composite a reculé pour sa part de 19,27 points (0,28%) à 6.856,53.

Alors qu’un premier texte au Sénat n’avait été adopté que par 51 voix contre 49 le 2 décembre, Mike Lee et Marco Rubio ont annoncé ne pas vouloir voter en l’état le projet de réforme convenu avec la Chambre des Représentants, exigeant le renforcement d’un avantage fiscal pour les familles.

L’accord intervenu mercredi entre les chefs de file républicains du Sénat et de la Chambre des représentants sur un texte commun réduisant notamment l’impôt sur les sociétés à 21%, au lieu de 35%, avait au contraire été salué à l’ouverture, le marché espérant un vote dès la semaine prochaine.

“La réforme fiscale est le dernier catalyseur qu’il nous reste cette année. Selon le sens dans lequel elles évoluent, les probabilités qu’elle passe ou ne passe pas dictent les fluctuations du marché”, dit Michael Antonelli, responsable des ventes institutionnelles chez Robert W. Baird à Milwaukee.

“La crainte que les baisses d’impôts ne passent pas a fait se retourner le marché en dépit d’indicateurs économiques vigoureux, notamment les ventes au détail”, renchérit Kim Forrest, analyste marché chez Fort Pitt Capital Group à Pittsburgh.

Les valeurs technologiques qui avaient contribué à soutenir la tendance le matin ont par ailleurs réduit ou cédé leurs gains en réaction à l’abrogation par la Commission fédérale des communications (FCC), désormais dominée par les républicains, du principe de la neutralité du Net édicté en 2015 par l’administration Obama pour garantir un traitement égal des flux de données par les fournisseurs d’accès.

DISNEY ET FOX TIENNENT LA VEDETTE

Dix des 11 grands indices sectoriels S&P ont fini dans le rouge, les biens de consommation non essentiels (+0,27%) étant l’unique secteur à surnager.

Il a notamment bénéficié de la hausse de 2,75% de Walt Disney, meilleure performance du Dow Jones, et de celle de 6,50% de Twenty-First Century Fox, en tête du S&P-500, après la confirmation du rachat par Disney des actifs de cinéma, de télévision et à l’international du groupe de Rupert Murdoch pour 52,4 milliards de dollars en actions.

Les plus fortes baisses ont été pour les matériaux (-1,09%) et la santé (-1,05%), avec Caterpillar et UnitedHealth en repli de plus de 1% au sein du Dow.

Des gérants ont attribué ces replis à des prises de bénéfice après la récente hausse de ces secteurs.

Quelque 6,67 milliards de titres ont changé de mains sur les différentes plates-formes américaines, à comparer à une moyenne de 6,53 milliards sur les 20 dernières séances.

Sur le front des statistiques, les investisseurs ont appris que les inscriptions au chômage avaient baissé de 11.000 à 225.000 la semaine dernière, leur quatrième recul hebdomadaire consécutif, tandis que les ventes au détail ont augmenté de 0,8% en novembre, une hausse plus forte que prévu.

Les doutes de retour sur la réforme fiscale ont aussi fait refluer l’indice dollar même si le billet vert conservait en fin de journée un gain de 0,4% face à l’euro, à 1,1780.

Sur le marché obligataire, le rendement des obligations d’Etat à 10 ans s’est tendu légèrement à 2,3529% contre 2,349% la veille en réaction à la statistique des ventes au détail, de bonne augure pour la croissance du quatrième trimestre aux Etats-Unis.

Les cours du pétrole ont de leur côté terminé en hausse sur le Nymex, le Brent de mer du Nord notamment, soutenus par la fermeture d’un important oléoduc en Ecosse. (avec Rama Venkat Raman et Sruthi Shankar à Bangalore, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below