December 11, 2017 / 2:01 PM / 9 months ago

Merkel voit des convergences avec le SPD sur l'Europe

BERLIN, 11 décembre (Reuters) - La chancelière Angela Merkel souhaite la formation rapide d’un gouvernement en Allemagne, après les élections législatives de septembre, et voit des points de convergence “prometteurs” avec les sociaux-démocrates sur l’avenir de l’Europe et sur une coopération plus étroite avec la France.

“Le monde attend que nous soyons enfin en mesure d’agir”, a-t-elle dit aux journalistes après avoir rencontré les dirigeants de son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU). “C’est pourquoi je suis favorable à des discussions rapidement menées”.

La CDU et son alliée bavaroise l’Union chrétienne-sociale (CSU) doivent ouvrir mercredi soir des “discussions exploratoires” avec le Parti social-démocrate (SPD) de Martin Schulz sur une éventuelle reconduction de la “grande coalition” qui a dirigé l’Allemagne ces quatre dernières années.

Angela Merkel a souligné que l’Allemagne avait besoin d’un gouvernement pour travailler étroitement avec la France et saisir une occasion historique de renforcer l’Europe avant les élections européennes de 2019.

Elle a notamment apporté son soutien au projet du président français, Emmanuel Macron, d’harmoniser l’impôt sur les sociétés d’ici 2025 en Europe.

Le bloc CDU-CSU n’a pas réussi en novembre à sceller une alliance avec les libéraux du FDP et les Verts en vue de former une coalition gouvernementale.

Le SPD, qui avait dans un premier temps décidé de se retirer dans l’opposition après son mauvais score aux législatives, a finalement accepté de discuter avec les conservateurs.

DISCUSSIONS MERCREDI

Mais ces contacts s’annoncent difficiles.

Ainsi, plusieurs dirigeants du bloc conservateur ont rejeté ce week-end l’idée d’”Etats-Unis d’Europe” avancée par le SPD.

Lors du congrès du SPD, Martin Schulz a plaidé jeudi dernier pour une relance radicale de la construction européenne et estimé que l’Union européenne devait s’efforcer de se transformer en “Etats-Unis d’Europe” d’ici 2025.

Le chef de file du SPD a laissé entendre que les pays qui ne souhaiteraient pas participer à cette entreprise fédéraliste devraient quitter le bloc européen.

Depuis l’accession d’Angela Merkel à la chancellerie, le bloc CDU-CSU et le SPD ont gouverné ensemble à deux reprises dans le cadre de “grandes coalitions”, en 2005-2009 puis en 2013-2017.

Pour le SPD, la dernière expérience s’est soldée aux élections législatives du 24 septembre par son pire résultat dans l’Allemagne de l’après-guerre. La CDU-CSU a elle aussi chuté, perdant près de neuf points en quatre ans.

Les discussions exploratoires entre conservateurs et sociaux-démocrates pourraient ouvrir la voie à trois possibilités : une nouvelle “grande coalition” CDU-CSU-SPD, une coopération informelle ou un accord formel sur un gouvernement conservateur minoritaire en vertu duquel le SPD s’abstiendrait au Bundestag sur certains textes clés. (Andrea Shalal et Andreas Rinke, Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below