December 1, 2017 / 2:06 PM / 7 months ago

Syrie-Trois cadres de Lafarge déférés devant des juges en France

PARIS, 1er décembre (Reuters) - Deux anciens cadres de Lafarge et un responsable de la sécurité du groupe, en garde à vue depuis mercredi, vont être présentés à des juges d’instruction en vue de leur mise en examen dans le cadre de l’enquête sur la cimenterie de Jalabiya en Syrie, apprend-on vendredi de source judiciaire.

Leur garde à vue a été levée vendredi matin, précise-t-on de même source. Mais le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire de Jean-Claude V., responsable de la sécurité du groupe, et un contrôle judiciaire avec cautionnement pour un ancien dirigeant de Lafarge en Syrie, Frédéric J.

Le parquet a requis le placement en détention provisoire d’un autre ancien dirigeant de Lafarge en Syrie, Bruno P.

Selon des sources familières du dossier, une nouvelle vague d’interrogatoires de dirigeants ou anciens dirigeants du groupe, dont l’ex-PDG Bruno Lafont, est attendue la semaine prochaine. Selon Le Parisien, ce dernier est convoqué mercredi

Le parquet de Paris a ouvert en juin une information judiciaire contre Lafarge pour financement d’entreprise terroriste et mise en danger de la vie d’autrui.

L’enquête porte sur les conditions dans lesquelles le groupe, absorbé en 2015 par le Suisse Holcim, a maintenu en 2013-2014 ses activités en Syrie dans une zone de conflit, tenue notamment par l’organisation de l’Etat islamique (Daech).

Une enquête interne a notamment confirmé que de l’argent avait été versé à des groupes armés.

LafargeHolcim a déclaré en septembre condamner “avec la plus grande fermeté les erreurs inacceptables commises en Syrie”.

Jean-Claude V., un ancien militaire des forces spéciales, “était contre tout accord avec des groupes armés mais n’avait pas le pouvoir de décision”, a pour sa part expliqué à Reuters son avocat, Sébastien Schapira.

Des organisations non gouvernementales, parties civiles dans ce dossier, souhaitent également faire la lumière sur ce que savait le gouvernement français de l’époque sur les activités de Lafarge en Syrie.

La cimenterie de Jalabiya a été mise en service en mai 2010, juste avant que la situation en Syrie ne se détériore et place l’usine et son personnel dans une situation difficile en matière de sécurité. Le site a été évacué en septembre 2014. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below