December 1, 2017 / 11:01 AM / in 7 months

RESUME DE L'ACTUALITE A 11H00 GMT (01/12)

BERLIN - Le bloc conservateur CDU-CSU d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD ont convenu d’entamer des discussions exploratoires en vue de former une coalition gouvernementale en Allemagne, rapporte ce matin le quotidien Bild.

La décision a été prise lors d’une réunion hier soir entre la chancelière, son allié bavarois Horst Seehofer, le patron du SPD Martin Schulz, et le président Frank-Walter Steinmeier.

Après avoir passé en revue les divers scénarios possibles - formation d’une coalition, mise en place d’un gouvernement minoritaire, convocation de nouvelles élections -, ils sont finalement tombés d’accord pour entamer des discussions sur une nouvelle “grande coalition” CDU-SPD, écrit le quotidien allemand.

L’information a été confirmée à Reuters sous couvert d’anonymat par un responsable d’un parti.

—-

BRUXELLES - L’Union européenne a accepté un accord financier avec la Grande-Bretagne par lequel Londres s’engage à payer une part fixe des budgets européens après son départ de l’UE en 2019, a déclaré hier à Reuters un haut responsable européen.

“L’offre officielle n’a pas été soumise mais officieusement, elle fait l’objet d’un si large accord que si personne ne décide de tout chambouler à la dernière minute, tout sera OK”, a-t-il ajouté, précisant qu’aucun montant précis n’avait encore été débattu.

Le différend sur la “facture du divorce” est, avec la question de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord et les droits futurs des expatriés, un des trois obstacles majeurs à l’ouverture de la deuxième phase des négociations qui doit porter sur les contours d’un accord commercial post-Brexit entre Londres et l’UE.

Le président du Conseil européen Donald Tusk est aujourd’hui à Dublin pour tenter de débloquer les discussions entre Londres et Dublin sur la question de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord.

L’UE a donné jusqu’à lundi à la Première ministre britannique Theresa May pour apporter des propositions claires sur ces trois sujets de contentieux.

—-

MADRID - Huit anciens membres de l’exécutif destitué de Catalogne, dont l’ex-vice-président Oriol Junqueras, sont entendus ce matin devant le Tribunal suprême où ils demandent leur remise en liberté.

Les huit indépendantistes, poursuivis pour sédition, rébellion et détournement de fonds publics dans le cadre de l’organisation du référendum d’indépendance du 1er octobre, interdit par Madrid, sont en détention provisoire depuis le 2 novembre.

Ils demandent à être remis en liberté pour pouvoir faire campagne en vue des élections législatives anticipées du 21 décembre en Catalogne.

La campagne officielle pour les élections anticipées du 21 décembre débutera lundi à minuit.

—-

GENEVE - Les Nations unies ont lancé ce matin un appel aux dons annuel d’un montant record, demandant aux donateurs 22,5 milliards de dollars (18,9 milliards d’euros) pour répondre aux besoins de 90 millions d’individus en 2018, principalement en raison des conflits en Afrique et au Moyen-Orient.

Les besoins sont en forte hausse au Burundi, au Cameroun, en Libye, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Somalie et au Soudan et sont toujours exceptionnellement élevés au Nigeria, au Soudan du Sud, en Syrie et au Yémen, souligne l’Onu dans son appel.

—-

WASHINGTON - Le Sénat américain a reporté cette nuit le vote sur le vaste projet de réforme fiscale présenté par les républicains, un amendement proposé par des tenants de la rigueur budgétaire ayant bloqué la progression législative du texte.

Les élus ont débattu jusque tard dans la soirée mais ont décidé de remettre un éventuel vote à vendredi, sans que l’on puisse dire à ce stade si les conditions d’un tel vote seront réunies.

Le report de ce vote illustre les dissensions au sein du camp républicain, majoritaire aussi bien au Sénat qu’à la Chambre des représentants. Les démocrates devraient eux voter à l’unanimité contre la réforme fiscale, qu’ils qualifient de cadeau pour les plus riches et les entreprises.

Le sénateur républicain Bob Corker a essayé, avec d’autres, d’inclure dans le projet un dispositif prévoyant le déclenchement automatique de hausses d’impôts à l’avenir si les baisses d’impôts prévues par le texte échouaient à doper l’économie et à générer suffisamment de recettes pour éviter un creusement du déficit budgétaire.

—-

BANGALORE - La visite que Donald Trump devait effectuer au Royaume-Uni en janvier a été annulée sur l’initiative de la partie américaine, a rapporté hier soir le quotidien britannique Daily Telegraph.

Ces révélations surviennent alors que la “relation spéciale” entre Washington et Londres a été une nouvelle fois écornée par le président américain à la suite de ses retweets de vidéos anti-islam mises en ligne par Jayda Fransen, dirigeante du groupe d’extrême droite Britain First.

Theresa May avait invité Donald Trump à venir en Grande-Bretagne lorsqu’elle-même s’est rendue à Washington en janvier dernier, devenant la première dirigeante étrangère à être reçue par le président américain.

—-

BUENOS AIRES - La marine argentine a annoncé hier soir la fin des opérations de secours lancées pour tenter de retrouver les 44 membres d’équipage du sous-marin porté disparu il y a quinze jours.

L’ARA San Juan n’a plus donné signe de vie depuis le 15 novembre. Il disposait alors de sept jours de réserves d’oxygène.

L’hypothèse la plus probable semble être une explosion du submersible.

—-

PARIS - Le gouvernement prendra une décision “avant les fêtes” sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, à la lumière du rapport des médiateurs attendu le 13 décembre, a déclaré Nicolas Hulot ce matin sur France Inter.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire n’a jamais caché ses réserves sur le projet de nouvel aéroport. “J’ai le sentiment qu’il n’y aucun projet qui soit parfait”, a-t-il corrigé.

Durant six mois, les trois médiateurs, mandatés par Emmanuel Macron, ont pesé le “pour” et le “contre” des deux scénarios qui s’imposent à l’exécutif dans ce dossier miné : le maintien de l’aéroport actuel et son réaménagement, ou son transfert sur un nouveau site à Notre-Dame-des-Landes. Ils ne se prononcent pas sur le choix final.

—-

PARIS - Carrefour et Fnac Darty discutent d’une alliance pour mutualiser leurs achats dans les produits électroniques et électroménagers, rapporte ce matin BFM Business. Les discussions, à un stade préliminaire, portent sur une alliance limitée à la France et pourraient aboutir début 2018.

Selon une source proche de Carrefour, les équipes de distribution spécialisée du groupe de distribution discutent “avec bon nombre d’acteurs et pas uniquement avec Fnac Darty”.

En revanche, personne n’était joignable dans l’immédiat chez Fnac Darty pour commenter ces informations. Alexandre Bompard, l’ancien PDG de Fnac Darty, a pris en juillet dernier les commandes de Carrefour dont il présentera le nouveau plan stratégique le 23 janvier.

—-

FRANCFORT - Bayer a annoncé ce matin que la Commission des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS) avait donné son feu vert à sa fusion avec Monsanto, n’ayant identifié aucun problème de sécurité intérieure lié à cette opération.

Bayer et Monsanto continueront de coopérer avec les autres autorités afin de boucler l’opération au début de l’an prochain, ajoute le chimiste allemand dans un communiqué.

La Commission européenne a pour sa part rouvert le mois dernier son enquête approfondie sur ce projet de fusion à 56 milliards d’euros.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below