December 4, 2017 / 9:56 AM / 7 months ago

Zone euro/Indicateurs-Nouvelle accélération du crédit aux entreprises

BRUXELLES, 29 décembre (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés depuis le début du mois :

* ACCÉLÉRATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES ET AUX PARTICULIERS

29 décembre - La croissance du crédit aux entreprises s’est encore accélérée le mois dernier, évoluant à son rythme le plus soutenu depuis la crise financière de 2007-2009, tandis que celle de l’agrégat monétaire M3 s’est légèrement tassée, a annoncé vendredi la Banque centrale européenne.

Le crédit aux entreprises a augmenté de 3,1% en novembre dans les 19 pays de la zone euro après +2,9% en octobre et +2,4% en septembre. La croissance du crédit aux particuliers a également vu son rythme s’accélérer, s’établissant à +2,8% après une hausse de 2,7% observée en octobre et en septembre.

Dans les deux cas cas, il s’agit de la croissance la plus soutenue depuis la mi-2009.

Ces données semblent accréditer l’appréciation plutôt optimiste de la conjoncture de la BCE qui, il y a deux semaines, a relevé ses prévisions de croissance et d’inflation pour la zone euro.

La progression de l’agrégat monétaire M3 dans les 19 pays de la zone euro, généralement considérée comme un bon indicateur avancé de l’activité et de l’inflation, s’est établie à 4,9% en rythme annuel, après +5,0% en octobre et +5,2% en septembre.

Les économistes interrogés par Reuters l’attendaient à 4,9%.

* INDICE DE CONFIANCE DU CONSOMMATEUR EN HAUSSE À 0,5

21 décembre - La confiance du consommateur s’est améliorée en décembre, suivant une estimation flash de la Commission européenne publiée jeudi.

L’indice la mesurant a augmenté de 0,5 point en décembre, par rapport au mois de novembre où elle était nulle après révision à la baisse.

Dans l’Union européenne (UE), l’indice n’a que peu augmenté, de 0,1 point à -0,6.

La COmmission n’a pas donné la cause de cette amélioration.

* LES SALAIRES EN HAUSSE DE 1,6% SUR UN AN

19 décembre - La croissance des salaires a ralenti au troisième trimestre après un pic de deux ans touché sur la période avril-juin, montrent des données publiées mardi par Eurostat qui ne devraient guère plaire à la Banque centrale européenne (BCE), avide de tout signe suggérant une poussée inflationniste.

Les salaires ont augmenté de 1,6% sur un an après un gain de 2,1% au deuxième trimestre, qui marquait la plus forte progression depuis le premier trimestre 2015.

Le coût horaire du travail, lui, a progressé de 1,6% au troisième trimestre, contre 1,8% au deuxième, qui constituait la plus forte hausse depuis le premier trimestre 2016.

La faiblesse de l’inflation constitue un épineux problème pour la BCE, qui peine depuis plus de quatre ans à atteindre son objectif d’une hausse des prix légèrement inférieur à 2%, malgré une politique ultra accommodante sans précédent.

L’inflation était de 1,5% en novembre.

La BCE surveille de près les salaires, espérant qu’une croissance économique robuste et une accélération des créations d’emplois finiront par doper les bénéfices des entreprises et donner un coup de fouet à l’inflation.

Mais si près de sept millions d’emplois ont été créés depuis 2013, la croissance des salaires est restée limitée sur la période, une évolution qui fait dire aux responsables de la politique monétaire que la zone euro se caractérise peut-être par un important chômage caché.

Tableau

* ZONE EURO - INFLATION ANNUELLE DE 1,5% CONFIRMÉE EN NOVEMBRE

18 décembre - La hausse des prix de détail est confirmé à 1,5% annuellement en novembre, suivant les données définitives publiées lundi par Eurostat.

Cette confirmation est conforme au consensus après une inflation de 1,4% constatée en octobre et conforte la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de ne se désengager que progressivement de sa politique de soutien à l’économie et au crédit.

En excluant les deux éléments volatils que sont l’énergie et les produits alimentaires non transformés , l’inflation annuelle dite “de base” est également confirmée à 1,1%, comme en octobre, suggérant que les pressions inflationnistes sous-jacentes demeurent faibles.

Tableau:

* EXCÉDENT COMMERCIAL DE €19 MILLIARDS EN OCTOBRE

15 décembre - L’excédent commercial a diminué en octobre par rapport au mois précédent, suivant les données publiées vendredi par Eurostat.

Il ressort à 19 milliards d’euros CVS contre 24,5 milliards en septembre.

En données non ajustées, l’excédent se monte à 18,9 milliards d’euros contre 19,2 milliards en octobre 2016.

En données CVS, les exportations ont diminué de 2,4% en octobre, tandis que les importations ont progressé de 0,6%, a ajouté Eurostat.

Tableau:

* LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN HAUSSE DE 0,2% EN OCTOBRE

13 décembre - La production industrielle a progressé de 0,2% en octobre en données corrigées des variations saisonnières, déjouant les pronostics des économistes qui attendaient en moyenne une stagnation, selon la statistique publiée mercredi par Eurostat.

Sur un an, la production affiche une hausse de 3,7%, supérieure là aussi au consensus qui était de +3,5%.

Le chiffre de septembre a en outre été révisé en hausse à -0,5% au lieu de -0,6%, soit une progression de 3,4% sur un an (3,3% en première estimation).

La progression de 0,2% en octobre est due à des hausses de 0,5% de la production de biens de consommation non durables et de 0,1% pour l’énergie, a précisé Eurostat dans un communiqué. La production de biens intermédiaires est restée stable tandis que la production de biens d’investissement a diminué de 0,3% et celle de biens de consommation durables a reculé de 1,9%.

Tableau

* CROISSANCE DE 0,6% AU T3 et de 2,6% SUR UN AN

7 décembre - La croissance économique a été confirmée à 0,6% au troisième trimestre par rapport au deuxième, montre l’estimation définitive publiée jeudi par Eurostat.

Eurostat a cependant revu en hausse son estimation de la croissance en rythme annuel, à 2,6% au troisième trimestre et à 2,4% au deuxième, par rapport à de précédentes estimations de, respectivement, 2,5% et 2,3%.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 2,5% en rythme annuel et une croissance de 0,6% d’un trimestre à l’autre.

Tableau

* VENTES AU DÉTAIL EN RECUL DE 1,1% EN OCTOBRE

5 décembre - Les ventes au détail se sont contractées plus fortement que prévu en octobre, de 1,1% sur un mois, selon les données publiées mardi par l’agence européenne de la statistique, Eurostat.

Sur un an, elles n’ont progressé que de 0,4%.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient en moyenne à un recul mensuel de 0,7% et à une hausse annuelle de 1,5%.

Les statistiques de septembre ont en revanche été révisées en hausse, à +0,8% sur un mois et +4,0% sur un an, contre respectivemennt +0,7% et +3,7% en précédentes estimations.

Tableau

* PRIX PRODUCTEURS EN HAUSSE DE 0,4% EN OCTOBRE, +2,5% L’AN

4 décembre - Les prix producteurs ont augmenté de 0,4% en octobre, soit un peu plus que prévu, mais leur hausse sur un an est moindre qu’attendu et les chiffres de septembre ont été revues à la baisse.

Les prix à la production industrielle ont augmenté de 0,4% en octobre par rapport à septembre et de 2,5% sur un an, a annoncé lundi Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une progression de 0,3%.

Sur un an, l’indice est en hausse de 2,5% alors que les économistes anticipaient +2,6%.

Les hausses de septembre ont été révisées à +0,5% et +2,8% respectivement au lieu de +0,6% et +2,9% initialement annoncé.

Par rapport à septembre, la progression de 0,4% des prix à la production en octobre est due à des hausses de 1,3% dans le secteur de l’énergie et de 0,3% pour les biens intermédiaires, tandis que les prix sont restés stables pour les biens d’investissement ainsi que pour les biens de consommation durables et qu’ils ont baissé de 0,2% pour les biens de consommation non durables, a précisé Eurostat.

Les prix dans l’ensemble de l’industrie à l’exclusion du secteur de l’énergie ont augmenté de 0,2%.

Tableau

* LE SENTIX BAISSE EN DÉCEMBRE, LES INVESTISSEURS PRUDENTS

4 décembre - Le moral des investisseurs a baissé plus fortement que prévu en décembre en raison d’interrogations sur la poursuite de la croissance en 2018, montre lundi l’enquête mensuelle de l’institut allemand Sentix.

Son indice de confiance est retombé à 31,1 en décembre après avoir atteint le mois précédent un plus haut de 10 ans à 34,0. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un tassement plus modeste à 33,6.

Le sous-indice mesurant les anticipations a notamment chuté de six points.

“Aux yeux des investisseurs interrogés, la zone euro se porte très bien mais il y a un point d’interrogation pour la suite”, a expliqué l’institut de Francfort tout en notant que ce recul était normal après le pic atteint en novembre.

L’enquête a été réalisée auprès de 975 investisseurs.

L’indice Sentix pour l’Allemagne a également baissé, un recul imputé à l’échec des négociations sur la formation d’une coalition le mois dernier. Faute d’accord avec les libéraux du FDP et les Verts, la chancelière Angela Merkel s’est tournée vers le Parti social-démocrate dans l’espoir de reconduire une “grande coalition” comme celle qui a gouverné le pays ces quatre dernières années. En cas de compromis avec le SPD, “le prix pour les finances publiques allemandes pourrait être élevé”, avertit l’institut Sentix.

* Les indicateurs économiques publiés en novembre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below