November 30, 2017 / 6:24 AM / 5 months ago

Un ex-employé de Twitter reconnaît avoir désactivé le compte de Trump

SAN FRANCISCO, 30 novembre (Reuters) - Un jeune Allemand s’est présenté mercredi comme l’ancien employé de Twitter responsable de la désactivation du compte de Donald Trump, le 2 novembre dernier.

Le site américain TechCrunch, spécialisé dans l’actualité technologique, publie un entretien dans lequel Bahtiyar Duysak, un Allemand d’origine turque âgé d’une vingtaine d’années, explique être à l’origine de la coupure du compte du président américain.

Twitter avait annoncé le 2 novembre que le compte de Donald Trump avait été désactivé pendant onze minutes par un employé dont c’était le dernier jour de travail, sans préciser son identité.

Duysak avait été embauché en contrat à durée déterminée par Twitter à San Francisco, précise TechCrunch.

Le jeune homme explique dans l’entretien que son acte était “une erreur” et qu’il ne pensait pas que le compte de Trump serait désactivé.

Il ajoute que sa manoeuvre n’était pas préméditée. L’occasion de fermer le compte du président américain s’est présentée et il a décidé de la saisir.

“Des millions de gens prendraient des mesures contre lui s’ils en avaient la possibilité. Dans mon cas, c’était dû au hasard”, assure-t-il dans l’entretien vidéo, vêtu d’un pull orné du drapeau américain. Twitter n’a pas confirmé si Duysak était ou non l’ex-employé en question.

“JE N’AI PIRATE PERSONNE”, DIT LE JEUNE HOMME

Le site BuzzFeed News, citant deux sources anonymes, le dit également responsable de la désactivation. Duysak est un ancien agent de sécurité bénévole d’un centre communautaire musulman de Californie, précise-t-il.

Donald Trump a été très critique envers les musulmans, prônant avant son élection une interdiction d’accès des Etats-Unis aux étrangers musulmans.

Depuis son arrivée à la présidence, Trump a promulgué des décrets prohibant la venue aux Etats-Unis de ressortissants de plusieurs pays, même si les tribunaux ont partiellement bloqué leur entrée en application.

Le chef de la Maison blanche a par ailleurs été la cible de critiques mercredi pour avoir relayé sur Twitter des vidéos islamophobes initialement mises en ligne par un parti d’extrême droite britannique.

La désactivation du compte de Donald Trump a suscité des inquiétudes parmi les utilisateurs de Twitter concernant le pouvoir dont disposent les employés sur les comptes importants et comment un abus de pouvoir pourrait engendrer des incidents mondiaux.

Twitter a affirmé mercredi dans un communiqué avoir “pris des mesures pour empêcher qu’un tel incident se produire à nouveau”.

Duysak n’a pas fait toute la lumière sur l’incident.

A l’approche de la fin de son dernier jour au siège de la société à San Francisco, une alerte indiquant une violation indéterminée commise par le compte de Donald Trump lui est parvenue, dit Duysak.

Le jeune homme a alors lancé la procédure de désactivation, raconte TechCrunch, avant que le compte ne soit mis hors ligne plusieurs heures plus tard.

Ni Duysak ni TechCrunch n’expliquent ce délai.

“Je n’ai piraté personne”, assure Duysak. “Je n’ai rien fait que je n’avais pas l’autorisation de faire”. (David Ingram; Jean Terzian pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below