November 27, 2017 / 6:10 PM / 8 months ago

Kaplan (Fed) voit une hausse de taux "dans un avenir proche"

27 novembre (Reuters) - Robert Kaplan, le président de l’antenne de Dallas de la Réserve fédérale américaine, a conforté lundi les anticipations de hausse de taux le mois prochain en affirmant qu’une trop grande patience pourrait augmenter le risque de récession.

“J’estime qu’il sera probablement approprié, dans un proche avenir, de passer à la prochaine étape du retrait du caractère accommodant de la politique monétaire”, a-t-il déclaré dans un article exposant sa position en vue de la réunion monétaire de décembre. “Cela devrait se faire dans le contexte d’une stratégie globale de retrait du soutien monétaire d’une manière graduelle et patiente.”

Les marchés anticipent largement une hausse de taux à l’issue de la dernière réunion de l’année de la Fed, mi-décembre, avant d’autres resserrements en 2018.

Kaplan, qui dispose d’un droit de vote cette année aux réunions du Fomc, le comité de politique monétaire, s’était jusqu’ici dit “ouvert” à l’idée d’une hausse de taux en décembre.

Lundi, il a expliqué que les risques d’une surchauffe du marché du travail et de possibles déséquilibres sur les marchés financiers étaient supérieurs à ceux liés à la faiblesse de l’inflation, qui est depuis cinq ans inférieure à l’objectif de 2% de la banque centrale.

“Si on attend trop longtemps de voir la confirmation d’un regain d’inflation, on pourrait se retrouver en retard sur la courbe et devoir alors monter les taux plus rapidement”, fait-il valoir. “Ce genre de resserrement rapide a le potentiel d’accroître le risque de récession.”

Les hausses de taux devraient plutôt être effectuées de manière “graduelle et patiente”, estime-t-il.

Robert Kaplan rappelle que le taux de chômage est actuellement à 4,1% aux Etats-Unis et il cite aussi des déséquilibres potentiels sur les marchés financiers, en substance la valeur du marché boursier américain au regard de la taille de l’économie américaine, l’absence de correction récente du marché actions et la hausse des obligations d’Etat américaines. (Ann Saphir, Véronique Tison pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below