November 21, 2017 / 3:18 PM / 5 months ago

AT&T devrait remporter la bataille sur Time Warner-analystes

    21 novembre (Reuters) - AT&T       devrait remporter le bras
de fer engagé par le département américain de la Justice (DoJ),
qui a déposé plainte lundi pour tenter d'empêcher l'opérateur
télécoms de racheter le groupe de médias et de cinéma Time
Warner         pour 85,4 milliards de dollars (72,4 milliards
d'euros), pensent mardi des analystes.  
    Le DoJ affirme dans sa plainte qu'AT&T serait en position
d'exiger "des centaines de millions de dollars de plus par an"
de la part de ses concurrents dans la télévision payante pour
avoir accès aux chaînes et aux films de Time Warner.
             
    "Nous sommes surpris par cette action en justice car il
existe des décennies de jurisprudence claire sur la façon dont
ces transactions sont traitées", écrivent les analystes
d'Oppenheimer dans une note.
    "Nous évaluons à 75% les chances d'une victoire d'AT&T au
procès et il incombe au ministère de la Justice de prouver le
préjudice présumé."
    Le deuxième opérateur télécoms mobile aux Etats-Unis a
refusé de céder DirecTV ou Turner Broadcasting de Time Warner,
maison mère de la chaîne d'informations en continu CNN, comme le
lui demandait le DoJ afin d'obtenir le feu vert des autorités
antitrust.
    AT&T, qui entend utiliser le catalogue de films de Time
Warner pour concurrencer l'offre de streaming de Netflix
         ou celle d'Amazon.com         , a qualifié l'initiative
du DoJ de "rupture radicale et inexplicable avec des décennies
de jurisprudence en matière de concurrence".
    
    FUSION VERTICALE
    Les analystes d'Evercore penchent également pour un succès
d'AT&T. 
    "Sur la base de notre évaluation à la fois de la note du DoJ
et des arguments d'AT&T, nous pensons que la loi est
probablement du côté d'AT&T", ont-ils écrit dans une note.
    Le projet d'acquisition de Time Warner par AT&T est une
opération de fusion verticale, c'est-à-dire un accord entre deux
entreprises qui ne sont pas en concurrence directe mais qui
opèrent à différentes étapes de la chaîne de production.
    "La dernière fois que le DoJ a contesté un cas de fusion
verticale remonte aux années Carter et la dernière fois qu'il a
réussi c'était sous Nixon", écrit dans une note Jeffrey Kvaal,
analyste de Nomura Instinet, en référence à deux présidents
américains des années 1970.
    Outre l'administration de Donald Trump, des associations de
consommateurs et des réseaux de télévision de plus petite taille
se sont aussi plaints de ce projet de fusion. 
    L'argument du DoJ est "stupide" car l'opération ne
représente aucune menace pour les consommateurs, a déclaré mardi
à CNBC Dan Petrocelli, avocat d'AT&T. (cnb.cx/2AjiOVw)
    "Nous voulons aller au tribunal le plus tôt possible",
a-t-il ajouté, notant que la charge de la preuve incombe au
gouvernement. 
    AT&T espère obtenir une audition d'ici 60 jours car son
accord de fusion avec Time Warner expire le 22 avril 2018.
    "AT&T a clairement fait savoir qu'il était là pour gagner et
qu'il n'avait nullement l'intention de réduire les frais en
cédant", écrivent dans une note les analystes de Morgan Stanley.

 (Supantha Mukherjee et Sonam Rai à Bangalore; Claude Chendjou
pour le service français, édité par Bertrand Boucey)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below