November 20, 2017 / 5:06 PM / 10 months ago

Pas de garantie européenne des dépôts sans réduction des NPL-Draghi

par Francesco Canepa

FRANCFORT, 20 novembre (Reuters) - Un mécanisme européen de garantie des dépôts bancaires ne peut voir le jour si le montant des créances douteuses ne diminue pas, a déclaré lundi le président de la Banque centrale européenne (BCE). Ces propos de Mario Draghi, qui font écho, fait rare, à ceux de Berlin, constituent également une réponse aux critiques de Rome irritée par la décision de l’institut de Francfort de contraindre les banques à renforcer leurs fonds propres face à ces créances non performantes (NPL).

La BCE prône depuis longtemps la création de ce mécanisme, baptisé EDIS (European Deposit Insurance Scheme), auquel l’Allemagne est opposée. Berlin craint en effet qu’un partage des risques aboutisse à ce que les banques allemandes viennent étayer celles, plus fragiles, d’autres pays de l’Union tels que l’Italie, dont les établissements concentrent plus du quart de l’encours des NPL au sein de la zone euro.

“Les questions des NPL et de l’EDIS sont liées”, a déclaré Mario Draghi devant la commission économique du Parlement européen. “La réduction et le partage des risques doivent aller de pair (...) et les NPL en font partie”, a-t-il ajouté.

Vendredi, Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, a déclaré que la montagne des NPL était un obstacle à la mise en place d’un système commun de protection des dépôts bancaires.

Le mois dernier, la Commission européenne (CE) a présenté de nouvelles propositions a minima visant à renforcer le secteur bancaire de l’Union européenne face à de futures crises, signant l’échec des 28 Etats membres à parvenir à un accord plus ambitieux au terme de deux années de discussions.

La réglementation européenne garantit tous les dépôts de la zone euro à hauteur de 100.000 euros, une disposition destinée à renforcer la confiance dans le secteur bancaire après une décennie de crise qui a obligé certains Etats à renflouer quelques unes des plus grandes banques européennes.

Mais les mécanismes nationaux pour garantir les dépôts sont jugés insuffisants en cas de crise majeure bancaire.

Mario Draghi a déclaré que l’instauration d’un mécanisme européen restait l’objectif ultime, pour l’heure seulement reporté.

“(Il) ne devrait pas y avoir de report indécis parce que l’EDIS reste un pilier fondamental de l’union bancaire”, a-t-il dit aux députés européens.

L’EDIS constitue également un point de désaccord entre les différents partis qui négocient la formation d’une nouvelle coalition politique en Allemagne, tractations qui pour l’instant ont échoué.

Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below