November 15, 2017 / 1:03 PM / 7 months ago

Le CCE d'EDF alerte sur les risques de coupures électriques

PARIS, 15 novembre (Reuters) - La France est de moins en moins capable de faire face à ses besoins en électricité et risque de subir des coupures de courant dès cet hiver, a estimé mercredi le comité central d’entreprise (CCE) d’EDF, qui réclame la construction de nouvelles centrales.

Soulignant les fortes tensions survenues sur le réseau français fin janvier 2017, les élus du CCE ont rappelé lors d’une conférence de presse qu’EDF avait depuis fermé des centrales thermiques au fioul, pour cause de rentabilité insuffisante, mettant ainsi hors service des capacités de production très utiles lors des pointes de consommation.

Le CCE s’oppose ainsi à la fermeture des dernières centrales à charbon françaises - prévue d’ici à 2022 par le gouvernement - et réclame la construction de nouveaux moyens de production thermiques (centrales à gaz), nucléaires (EPR “nouveau modèle”) et hydrauliques.

L’instance représentative du personnel d’EDF, qui pointe aussi les risques de coupures en été, dénonce globalement une logique de dégradation de la fourniture d’électricité (à travers des baisses de tension envisagées) et de restriction des consommations dues au manque de moyens de production.

RTE, gestionnaire des lignes à haute tension françaises et filiale à 100% d’EDF, a de son côté annoncé début novembre que des arrêts non prévus de centrales ou des conditions climatiques “hors normes” pourraient fragiliser l’alimentation en électricité des Français au cours de l’hiver 2017-2018, une période qu’il a donc placée “sous surveillance”.

RTE estime que, dans l’hypothèse d’un hiver 2017-2018 “normal”, la consommation sera stable et trois à quatre réacteurs seulement seront indisponibles au coeur de la période contre cinq à 12 l’an dernier, ce qui conduira à 2.800 mégawatts de moyens de production supplémentaires au mois de janvier.

En cas de vague de froid, avec des températures inférieures de 5°C aux normales saisonnières, les marges de sécurité seraient toutefois réduites de fin janvier à fin février et des moyens exceptionnels - avec en dernier recours des coupures de courant volontaires ciblées - pourraient être mis en oeuvre.

EDF s’est pour sa part voulu rassurant, mardi, sur sa capacité à répondre à la demande de ses clients cet hiver, indiquant que “pas plus de quatre ou cinq réacteurs” devraient être à l’arrêt en janvier-février 2018, pendant la période de pic de consommation, contre neuf en moyenne pour la même période de 2017.

Le communiqué du CCE: bit.ly/2ihOvUA

Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below