November 14, 2017 / 11:06 AM / 5 months ago

L'équilibre du marché du pétrole menacé-AIE

par Amanda Cooper

LONDRES, 14 novembre (Reuters) - La demande mondiale de pétrole devrait croître moins vite que prévu dans les prochains mois en raison des températures plus clémentes qui réduiront les besoins de consommation, ce qui pourrait ramener des excédents sur le marché au premier semestre 2018, indique l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Dans son rapport mensuel publié mardi, l’organisation basée à Paris a réduit sa prévision de la demande de pétrole de 100.000 barils par jour (bpj) pour cette année et la suivante, à respectivement 1,5 million et 1,3 million.

Les tensions géopolitiques au Moyen-Orient et les interruptions de production au Nigeria et en Irak ont ​​soutenu les cours du pétrole, permettant au baril de s’échanger à plus de 60 dollars pour la première fois depuis 2015 sur fond de baisse des stocks mondiaux. Cette situation a amené plusieurs observateurs du marché à relever leurs prévisions de cours.

“Cela signifie-t-il que le marché a trouvé une ‘nouvelle donne’ où le plancher reconnu passerait de 50 à 60 dollars le baril? Ce pourrait être un scénario crédible si les perturbations dans l’approvisionnement et les tensions au Moyen-Orient se poursuivent”, a déclaré l’AIE.

“Cependant, si ces problèmes s’avèrent temporaires, un nouvel examen des fondamentaux confirmera le point de vue exprimé le mois dernier selon lequel l’équilibre du marché en 2018 ne semble pas aussi restreint que certains le souhaiteraient, et qu’il n’y a pas de ‘nouvelle donne’.”

Les stocks de pétrole des pays les plus riches du monde ont chuté de 40 millions de barils en septembre, tombant pour la première fois en deux ans en deçà de 3,0 milliards de barils, en partie à cause de l’ouragan Harvey qui a frappé en août les Etats-Unis et réduit les capacités de production de plusieurs sites.

“En élaborant un scénario où les niveaux actuels de production de l’Opep seraient maintenus, le marché pétrolier sera confronté à un défi difficile au premier trimestre 2018 avec une offre supérieure à la demande de 600.000 bpj suivie d’un autre excédent de 200.000 bpj au deuxième trimestre 2018”.

Le taux de conformité de l’Opep et des autres producteurs ayant signé un accord de réduction de la production était de 96% en octobre, le niveau le plus élevé depuis son entrée en vigueur le 1er janvier.

La plus grande menace pesant sur l’équilibre du marché, outre une demande en baisse, est la croissance de l’offre provenant des pays non membres de l’Opep.

“Même avec quelques modestes réductions de la croissance, la production hors Opep augmentera de 700.000 bpj cette année puis de 1,4 million de bpj supplémentaires en 2018 et la croissance de la demande l’an prochain aura du mal à rivaliser”.

La croissance de la demande mondiale de pétrole devrait avoir ralenti à 1,3 million de bpj au troisième trimestre de cette année, en partie à cause de l’impact des ouragans Harvey et Irma sur la consommation américaine en août et septembre.

Elle devrait réaccélérer à 1,4 million de bpj sur les trois derniers mois l’année, mais les températures douces et la hausse des prix freineront la demande, ajoute l’AIE. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below