November 13, 2017 / 9:50 AM / 8 months ago

RPT-LEAD 1-EDF-L'objectif de cash-flow 2018 remis en cause, l'action plonge

* Le cash-flow 2018 risque d’être négatif

* La hausse de l’Ebitda pourrait être plus faible que prévu

* Moins de réacteurs nucléaires disponibles en vue début 2018

* Baisse de la consommation en France (Heure du cours de Bourse actualisée)

par Benjamin Mallet

PARIS, 13 novembre (Reuters) - EDF a ajusté lundi ses objectifs 2018 pour tenir compte de certaines évolutions défavorables, parmi lesquelles une moindre disponibilité de son parc nucléaire, le groupe n’étant plus en mesure de garantir qu’il dégagera un flux de trésorerie (cash-flow) positif l’année prochaine.

Ces annonces font plonger son titre en Bourse, l’action EDF reculant de -8,86% à 10,7 euros à 11h00, accusant ainsi sa plus forte baisse sur une séance depuis le 15 décembre 2016 et le repli le plus marqué du SBF120 (-0,25%).

Cette chute représente une perte de capitalisation boursière de quelque 2,7 milliards d’euros par rapport à la clôture de vendredi et porte la baisse du titre à près de 20% depuis le début de l’année.

L’électricien public a précisé dans un communiqué qu’il visait désormais pour 2018 un cash-flow “légèrement positif ou proche de l’équilibre” après dividende, alors que cet indicateur était auparavant attendu “supérieur ou égal à zéro”, un objectif dont la confirmation avait régulièrement rassuré les investisseurs ces dernières années.

Cette prévision s’entend toujours hors projet du compteur “intelligent” Linky, nouveaux développements, cessions d’actifs et acompte sur dividende au titre de 2018 qui sera décidé au second semestre de l’année prochaine.

EDF table également pour 2018 sur un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) compris entre 14,6 et 15,3 milliards d’euros, contre 15,2 milliards au moins attendus précédemment.

Le groupe prévoit une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de 2018, sans préciser combien de réacteurs seront concernés, après avoir fait état mercredi dernier d’un hiver rendu “compliqué” par des contraintes liées aux compétences de fournisseurs extérieurs, ce qui pourrait entraîner des retards de redémarrages après maintenances.

EDF a aussi a précisé que la consommation d’électricité devrait reculer en France l’an prochain, sa filiale de distribution Enedis anticipait désormais une baisse des volumes acheminés de 0,3% en 2018, et que la rémunération de la capacité au Royaume-Uni devrait baisser.

Le groupe estime que ses investissements nets - hors Linky, nouveaux développements et cessions d’actifs - devraient être proches de 11 milliards d’euros en 2018 (contre 10,5 milliards prévus précédemment).

Cette prévision inclut une accélération des investissements dans les énergies renouvelables, ainsi que ceux programmés dans le parc nucléaire français et le réseau de distribution.

Dans ce contexte, EDF accélère son plan de performance présenté en avril 2016, l’objectif de réduction des “Opex” en 2018 par rapport à 2015 étant porté à 800 millions d’euros au lieu de 700 millions précédemment.

Le plan de cessions de 10 milliards, prévu pour la fin 2020, devrait en outre être achevé en quasi-totalité fin 2018.

EDF, dont l’Etat détient 83,4% du capital, avait abaissé fin octobre son objectif 2017 de production d’électricité d’origine nucléaire, pour la deuxième fois cette année, et ajusté à la baisse son objectif d’Ebitda à la suite du report du redémarrage de la centrale de Tricastin.

Le communiqué: bit.ly/2yvNK0b

Avec Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below