November 12, 2017 / 2:43 PM / 5 months ago

SALON-Boeing prend l'avantage à Dubaï avec une commande d'Emirates

par Tim Hepher et Alexander Cornwell

DUBAI, 12 novembre (Reuters) - Emirates a annoncé une commande de 15 milliards de dollars (12,86 milliards d’euros) pour 40 Boeing Dreamliner 787, laissant Airbus en attente d’un contrat pour son très gros porteur A380, alors sur le Salon de l’aéronautique de Dubaï ouvrait ses portes dans un climat de tensions au Moyen-Orient.

Le président de la première compagnie aérienne de la région, cheikh Ahmed ben Saïd el Maktoum, a déclaré qu’Emirates avait choisi la dernière version du gros porteur de l’avionneur américain, après l’avoir comparé à l’A350 d’Airbus.

Les livraisons débuteront en 2022 et Emirates n’a pas encore fait son choix entre les moteurs General Electric et Rolls-Royce.

Reuters avait annoncé peu avant que Boeing était en passe de signer un contrat pour la livraison de 787-10, faisant retomber les espoirs d’une commande pour la livraison d’A380 d’Airbus.

Le président d’Emirates avait pourtant déclaré au début du mois à Hambourg qu’il espérait pouvoir signer un accord à Dubaï avec Airbus pour la livraison d’appareils A380.

Les 40 Dreamliner valent 12,5 milliards de dollars mais Boeing a précisé que la valeur totale du contrat était de 15,1 milliards, la livraison d’autres équipements étant prévue.

Cette affaire s’est conclue malgré un contexte de tensions politiques au Moyen-Orient, qui pèse sur les milieux d’affaires.

A la suite d’une crise entre le Qatar et ses voisins du Golfe, dont les Emirats arabes unis, Qatar Airways, qui avait ouvert le Salon de Dubaï il y a quatre ans avec l’annonce d’une énorme commande avec Emirates, n’est pas présente cette année.

De son côté, l’Arabie saoudite a récemment procédé à une spectaculaire vague d’arrestations pour corruption, touchant les plus hauts cercles du pouvoir et de la famille royale.

Airbus attendait un coup de pouce pour son très gros porteur A380 qui, après des années en service, voit ses ventes ralentir à la faveur de long-courriers de moins grande taille, mais aussi efficaces, et s’attendait à un accord avec Emirates.

Aucune nouvelle annonce d’Emirates n’était attendue dimanche mais il pourrait encore y en avoir au cours de la semaine.

“Emirates discute encore avec Airbus à ce sujet. Il n’y a pas de promesses”, a dit une source du Golfe.

Un accord pourrait dépendre de la volonté d’Airbus de racheter des A380 destinés à être retirés de la flotte d’Emirates, selon une source proche du dossier.

Par ailleurs, Azerbaïdjan Airlines a annoncé une commande de cinq Boeing 787-8 Dreamliner et de deux avions cargos.

Et, se démarquant de ses concurrents qui tendent à supprimer des sièges de première classe, Emirates s’est rapproché de Mercedes-Benz pour lancer des suites de première classe dans ses avions, inspirées des habitacles de voitures de luxe. (Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below