November 3, 2017 / 10:33 AM / 6 months ago

BOURSE-Renault en forte hausse après la cession de 4,73% du capital par l'Etat (actualisé)

(Actualisé avec nouveau commentaire)

PARIS, 3 novembre (Reuters) - Renault est en nette hausse vendredi matin à la Bourse de Paris après le placement de 4,73% du capital par l’Etat français, qui clôt un chapitre délicat des relations entre le constructeur automobile et son actionnaire historique.

Le titre gagne 4,62% à 90,60 euros à 11h25 après avoir atteint, à 91,3 euros, son plus haut niveau depuis janvier 2016.

Renault enregistre ainsi la plus forte hausse de l’indice CAC 40, alors pratiquement inchangé. L’indice Stoxx européen de l’automobile progresse quant à lui de 0,85%.

L’Etat a revendu jeudi pour 1,2 milliard d’euros les 4,73% du capital de Renault qu’il avait acquis en 2015 pour pouvoir disposer de droits de vote doubles.

Il a ainsi ramené sa participation à 15,01%, comme il s’y était engagé, tout en réalisant une plus-value de 55 millions d’euros.

Renault a précisé avoir lui-même acheté 10% des titres cédés par l’Etat, en vue d’une offre réservée à ses salariés.

“Même si la vente par l’Etat français était attendue depuis longtemps, elle supprime l’un des principaux handicaps pesant sur le titre”, estime Barclays dans une note, ajoutant que “la fin de l’anticipation du placement devrait permettre à l’action de recommencer à surperformer”.

La montée de l’Etat au capital en 2015 - alors qu’Emmanuel Macron, élu depuis à la présidence de la République, était ministre de l’Economie - avait provoqué des tensions entre les pouvoirs publics et la direction de Renault. La vente des titres acquis à l’époque est donc perçue comme un signe de détente entre le groupe dirigé par Carlos Ghosn et le gouvernement.

“Nous nous attendons à ce que cela soit accueilli favorablement par le marché et nous espérons que cela traduit la volonté plus large du gouvernement de jouer un rôle moins intrusif dans l’entreprise”, écrivent ainsi dans une note les analystes du courtier Evercore, à “surperformance” sur Renault.

Ils ajoutent que la cession réalisée jeudi pourrait être “une indication d’un désengagement plus important de l’Etat à l’avenir”.

En février dernier, Carlos Ghosn, parlant d’un “soap opera” à propos du différend sur les droits de vote doubles, avait déclaré que la structure capitalistique de l’alliance Renault-Nissan ne changerait pas tant que l’Etat français resterait au capital.

“Donc, le jour où l’Etat français décide de sortir, tout est ouvert, et je peux vous dire que ça ne traînera pas. Mais tant qu’il veut rester un actionnaire de Renault, l’alliance continuera comme elle est”, avait-il ajouté.

En Bourse, avant la hausse de vendredi, Renault affichait une hausse d’à peine 2,5% depuis le début de l’année, contre +13,3% pour le CAC et +16% pour l’indice Stoxx européen de l’automobile. (Marc Angrand, avec Sudip Kar-Gupta et Dominique Rodriguez, édité par Wilfrid Exbrayat et Patrick Vignal)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below