November 1, 2017 / 7:18 AM / 9 months ago

GB/Indicateurs-Premier recul sur un an des ventes au détail depuis 2013

LONDRES, 16 novembre (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques britanniques publiés depuis le début du mois:

* LES VENTES AU DÉTAIL EN BAISSE DE 0,3% EN OCTOBRE

16 novembre - Les ventes au détail en Grande-Bretagne se sont contractées de 0,3% en octobre, le premier recul sur un an depuis 2013, la hausse rapide des prix pesant sur le pouvoir d’achat des ménages, montrent les données publiées jeudi par l’Office national de la statistique (ONS).

Sur les trois mois à fin octobre, ce qui permet d’atténuer la volatilité mensuelle des données, la croissance des ventes s’est établie à 0,9%, contre 0,7% sur les trois mois à fin septembre.

Sur un an, les volumes de ventes sur les trois mois à fin octobre n’ont progressé que de 1,1%, le rythme le plus faible depuis mai 2013.

Les ventes d’octobre ont été toutefois plus soutenues que ne le prévoyaient les économistes interrogés par Reuters, qui tablaient en moyenne sur une baisse de 0,6% sur un an et une croissance de seulement 0,1% sur un mois.

Les données officielles publiées cette semaine montrent que l’inflation s’est maintenue à un plus haut de cinq ans, à 3%, en octobre, tandis que les salaires de base sur les trois mois à fin septembre ont diminué de 0,5% en termes réels sur un an, la plus forte baisse en près de trois ans.

Tableau

* L’EMPLOI BAISSE, LA CROISSANCE DES SALAIRES RALENTIT

15 novembre - Le nombre de personnes en activité au Royaume-Uni est tombé à un creux de plus de deux ans au troisième trimestre, dernier signe en date de la faiblesse de l’économie britannique depuis le vote en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne, montrent les statistiques publiées mercredi.

Parallèlement, le taux de chômage s’est maintenu à 4,3%, son plus bas niveau depuis une quarantaine d’années, le nombre de personnes en activité ayant chuté de 14.000 et la croissance des salaires étant restée beaucoup plus lente que l’inflation, a déclaré l’Office national de la statistique (ONS).

L’ONS a dit que les salaires, primes comprises, avaient progressé de 2,2% sur un an durant une période de trois mois à fin septembre, contre une augmentation de 2,3% pour les trois mois à fin août. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une croissance des salaires de 2,1%.

Comparativement, les prix à la consommation ont augmenté de 3,0%, selon les derniers chiffres disponibles sur l’inflation.

Hors primes, les salaires ont augmenté de 2,2% sur un an, ce qui est conforme aux attentes.

Tableau de la statistique

* L’INFLATION SE MAINTIENT À SON PIC DE 5-1/2 ANS

14 novembre - Le taux d’inflation s’est maintenu en octobre au Royaume-Uni à son niveau du mois précédent, alors que la Banque d’Angleterre et les économistes s’attendaient à ce qu’elle atteigne un nouveau pic, selon les chiffres publiés mardi par l’Office national de la statistique (ONS).

Par rapport à octobre 2016, les prix à la consommation ont augmenté de 3,0%, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 3,1%. Hors énergie, alimentation, alcools et tabac, l’indice annuel s’est également maintenu, à 2,7%, alors que les économistes anticipaient 2,8%.

Ces chiffres devraient renforcer les doutes des économistes sur le bien-fondé de la décision de la Banque d’Angleterre de relever ses taux directeurs, dans un contexte d’économie morose et alors que l’impact du vote en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne l’an dernier est à son plus haut.

Le gouverneur de la BoE, Mark Carney, a indiqué que le dépassement de l’objectif d’inflation de 2% était lié à la chute de plus de 10% de la livre depuis le vote pour le Brexit, qui fait grimper les prix des produits importés.

L’inflation britannique a fait un bond en avant par rapport à son rythme de 0,5% de juin 2016, au moment du référendum, pour atteindre son plus haut niveau depuis avril 2012.

L’ONS a précisé que la stabilité de l’inflation en octobre résultait d’une baisse du prix des carburants, compensée par une augmentation des prix des produits alimentaires.

L’inflation mesurée par les prix producteurs est quant à elle à retombée à 2,8%, à son plus bas niveau depuis novembre 2016, alors que les économistes l’attendaient à 2,9%.

Tableau des prix à la consommation

Tableau des prix producteurs

* HAUSSE DE 0,7% DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE, DÉFICIT MARCHAND DE £11,253 MDS

10 novembre - La production industrielle a progressé en septembre à son rythme le plus rapide depuis le début de l’année et le déficit commercial s’est réduit plus que prévu, montrent des données officielles publiées vendredi.

Malgré une forte baisse de la construction, ces données dans leur ensemble sont susceptibles de réjouir les responsables de la Banque d’Angleterre qui ont voté la semaine dernière un relèvement des taux d’intérêt, le premier en plus de 10 ans.

L’Office national de la statistique (ONS) a déclaré que les chiffres de septembre n’avaient entraîné aucun changement dans son estimation préliminaire selon laquelle l’économie britannique a crû de 0,4% au troisième trimestre, reprenant un peu d’allant par rapport au début de l’année mais restant toujours à la traîne de la zone euro.

Les productions industrielle et manufacturière ont augmenté chacune de 0,7% en septembre, leur plus forte croissance depuis décembre, et dépassent nettement toutes les prévisions d’une enquête Reuters. Le consensus prévoyait une hausse de 0,3% dans les deux cas.

La production industrielle, qui intègre la production manufacturière, représente 14% du Produit intérieur brut de la Grande-Bretagne.

Les chiffres du secteur des services, d’une ampleur économique bien plus grande, doivent être publiés le 23 novembre.

L’ONS a par ailleurs indiqué que le déficit commercial de la Grande-Bretagne avec le reste du monde s’était rétréci nettement plus que prévu, à 11,253 milliards de livres en septembre, contre 12,35 milliards de livres en août. Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à un déficit de 12,8 milliards de livres.

Le déficit des échanges de biens avec les pays non membres de l’Union européenne (UE) s’est nettement amélioré à 2,982 milliards de livres, son niveau le plus bas depuis mai.

La production du BTP en septembre a baissé de 1,6% par rapport au mois d’août et n’a progressé que de 1,1% sur l’année, soit la plus faible croissance annuelle depuis mars 2016. Le consensus de l’enquête Reuters prévoyait seulement une légère baisse en glissement mensuel.

Tableaux:

* LE PMI MANUFACTURIER À 56,3 EN OCTOBRE

1er novembre - La croissance de l’activité manufacturière s’est accélérée de manière inattendue en octobre dans un contexte de montée des pressions inflationnistes, des éléments qui augmentent encore les chances de voir la Banque d’Angleterre relever ses taux jeudi pour la première fois depuis 10 ans.

L’indice Markit/CIPS établi à partir d’une enquête menée auprès des directeurs d’achats du secteur est ainsi ressorti à 56,3 le mois dernier contre 56,0 (chiffre revu à la hausse) en septembre et un niveau de 55,8 attendu en moyenne par les économistes interrogés par Reuters.

“Le secteur manufacturier britannique connaît un démarrage impressionnant pour ce dernier trimestre 2017, une hausse des nouvelles commandes encourageant les entreprises à augmenter à nouveau leur production”, a déclaré Rob Dobson, économiste chez Markit.

“Le marché intérieur est resté solide tandis que les nouvelles commandes à l’exportation ont augmenté à un rythme légèrement moins soutenu, cette évolution pouvant s’expliquer par la récente appréciation de la livre.”

Malgré la bonne tenue du secteur manufacturier, l’économie dans son ensemble connaît une croissance mitigée, le PIB n’ayant augmenté que de 0,4% au troisième trimestre.

Cela ne devrait pas, selon une majorité d’économistes, empêcher la Banque d’Angleterre de faire passer jeudi son taux directeur de 0,25% à 0,50%.

* LE PRIX DES LOGEMENTS AUGMENTE PLUS QUE PRÉVU SUR UN AN

1er novembre - La croissance annuelle du prix des logements s’est légèrement accélérée en octobre, selon des données publiées mercredi par le spécialiste des crédits immobiliers Nationwide.

Ces prix ont ainsi augmenté de 2,5% le mois dernier, soit leur rythme de hausse le plus élevé en trois mois, contre une progression 2,3% en septembre et un ralentissement, à 2,2%, anticipé par les économistes interrogés par Reuters.

Sur un mois, les prix ont, comme prévu, enregistré une hausse de 0,2% contre +0,4% en septembre.

* Les indicateurs publiés en octobre (Service économique)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below