October 31, 2017 / 5:12 PM / in a year

LEAD 1-Londres accélère les préparatifs du Brexit

(Actualisé avec responsable de l’UE, derniers paras)

LONDRES, 31 octobre (Reuters) - Le Royaume-Uni accélère les préparatifs du Brexit et va embaucher des milliers de personnes supplémentaires pour assurer la continuité des services publics une fois entré dans les faits le divorce entre Londres et l’Union européenne, a déclaré mardi le porte-parole de la Première ministre Theresa May.

Celle-ci, qui a perdu sa majorité au Parlement après les élections de juin, a été vivement critiquée par les plus chauds partisans du Brexit qui lui reprochent de tarder à préparer le pays à sortir de l’UE, y compris dans l’hypothèse d’un “no deal” - absence d’accord avec les Vingt-Sept.

“Parallèlement aux négociations de Bruxelles, il est essentiel que nous mettions en place, chez nous, nos propres mesures préparatoires afin d’être prêts lorsque nous quitterons l’UE”, a dit aux journalistes le porte-parole de Theresa May.

“Ce travail préparatoire a connu une sensible accélération ces derniers mois. Les ministères préparent des plans détaillés pour chacun des quelque 300 programmes menés par le gouvernement”, a-t-il ajouté.

Tout est envisagé, y compris un “no deal”, a poursuivi le porte-parole, mais de toute façon “beaucoup de ces mesures préparatoires seront nécessaires même si notre scénario préféré, un accord audacieux et ambitieux, s’impose, notamment pour ce qui est des accords douaniers proposés.”

Dans ce but, 3.000 nouveaux emplois sont créés pour faire face au Brexit et les autorités douanières et fiscales pourront compter sur 3.000 à 5.000 employés de plus l’an prochain.

500 MILLIONS DE LIVRES STERLING

Le gouvernement a déjà prévu une enveloppe de 500 millions de livres (569 millions d’euros) pour mener à bien ces préparatifs.

Des négociateurs de l’UE et de la Grande-Bretagne se sont réunis mardi à Bruxelles pour tenter de se mettre d’accord sur le calendrier des prochaines discussions. L’UE a proposé trois sessions de négociations d’ici la fin de l’année, une idée que Londres n’a pas pour l’instant approuvée.

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, qui était en visite mardi à Bratislava, la capitale slovaque, s’est déclaré prêt à accélérer les négociations. Il a précisé que l’ordre du jour et les dates de la prochaine session de discussions seraient fixés “dans les prochaines heures ou les prochains jours”.

“Nous avons clairement proposé trois (dates différentes) pour de nouvelles sessions de discussions. Dans les prochaines heures ou dans les prochains jours, nous travaillerons avec les délégations britanniques pour trouver les bonnes dates parce que nous devons travailler de manière très intense pour arriver à un accord avant décembre”, a poursuivi Michel Barnier.

Les Britanniques, pour leur part, préféreraient des “négociations continues”.

“Ce que cela signifie exactement, des ‘négociations continues’, nous ne le savons pas vraiment. Nous sommes prêts à accélérer (les discussions) mais il faut avoir quelque chose à discuter. Nous serions très heureux de multiplier le nombre de nos rencontres”, a déclaré un responsable de l’UE. (Elizabeth Piper avec Tatiana Jancarikova à Prague; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below